La montée en puissance d'Aqmi

le
0
SEPTEMBRE 2001, 10 ANS APRÈS - Depuis son ralliement au réseau Ben Laden, Al-Qaida au Maghreb islamique menace régulièrement la France.

Le 16 septembre 2010, un groupe de sept personnes était enlevé à Arlit, le site d'extraction d'uranium du nord du Niger géré par Areva. Un rapt revendiqué par al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi), l'organisation terroriste nord-africaine qui menace régulièrement la France depuis son ralliement, en 2007, au réseau Ben Laden. Un an après cette attaque audacieuse, quatre otages français - Daniel Larribe, Thierry Dol, Pierre Legrand et Marc Ferret - sont toujours détenus dans les contreforts du Sahara. Moins médiatisé que l'affaire des journalistes de France 3 capturés puis libérés en juin en Afghanistan, le cas des prisonniers du désert n'en donne pas moins lieu à de discrètes tractations.

Aqmi exigerait, outre le départ des troupes françaises d'Afghanistan, la libération d'islamistes armés détenus dans plusieurs pays et une rançon de 90 millions d'euros. Paris, qui a obtenu la libération pour raison de santé de l'une des otages, Françoise Larrib

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant