La Monnaie de Paris milite pour une pièce de 5 euros

le
0
L'établissement, qui a dégagé l'an dernier un bénéfice record de 18 millions d'euros, veut s'inspirer du 5 francs suisse.

La Monnaie de Paris va - une nouvelle fois - faire gagner de l'argent à son actionnaire, l'État. L'établissement public, qui a le monopole de la frappe des monnaies et des médailles sur l'Hexagone, a enregistré, en 2010, une progression de 20 % de son chiffre d'affaires, à 149,7 millions d'euros. Un niveau qui n'avait plus été atteint depuis la hausse exceptionnelle d'activité liée à l'introduction de l'euro.

Autre fait marquant, 30 % seulement de ce chiffre d'affaires est lié à l'activité séculaire de frappe de monnaies. L'institution a dégagé 70 % de ses revenus à partir de ses activités commerciales : en particulier, les «euros et régions» - 4 millions de pièces de 10 euros à l'effigie des 26 régions françaises - ainsi que les pièces en «or et en argent», ont représenté 72 millions de revenus.

La Banque centrale européenne y est opposée

Au final, le bénéfice net de la Monnaie de Paris progresse, à 18 millions. «Nous reverserons 12 1/4 /p>...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux