La Mongolie veut s'immiscer dans le projet de gazoduc sino-russe

le
0

(Commodesk) La Mongolie demande à la Russie et à la Chine de revoir le tracé de leur projet commun de gazoduc. Lors d'une interview relayée par la presse locale, le président de la Mongolie a annoncé qu'une modification de la route permettrait d'économiser 1.000 km de gazoduc et surtout, de fournir en gaz Oulan-Bator, l'une des capitales les plus polluées du monde par l'utilisation excessive de charbon.

Depuis 2004, Gazprom et China National Petroleum Corporation ont signé un accord stratégique de coopération pour que la Russie puisse vendre du gaz en Chine. Les négociations sont toujours en cours pour la construction du gazoduc « Altaï ». Long de 2.600 km, il reliera la Sibérie occidentale au nord ouest de la Chine, en passant entre les frontières mongoliennes et kazakhes.

La modification du trajet proposée par la Mongolie permettrait également de régler les questions écologiques qui persistent depuis des années. Le projet Altaï est censé passer par le plateau de l'Oukok, classé patrimoine mondial de l'UNESCO et haut lieu symbolique pour les bouddhistes.

Le projet actuel devrait coûter entre 10 et 14 milliards de dollars et délivrer, d'ici 2015, 30 milliards de mètres cubes de gaz par an à la Chine. Mais pour l'instant, il reste bloqué par les désaccords constants sur le prix du gaz entre la Russie et la Chine.

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant