La mondialisation a d'ores et déjà commencé à se détricoter

le
0
Le terme n'est guère élégant : la «démondialisation» marque avant tout le retour de l'État dans la vie économique, pour le meilleur et pour le pire.

Comme la poule court toujours après qu'on lui a coupé la tête, l'économie mondiale continue sur son erre. Mais il ne faut pas être dupe : la mondialisation a bel et bien perdu ses esprits. Dominique Strauss-Kahn l'expliquait, début avril, aux étudiants de la Georgetown University, située à un bloc du Fonds monétaire international : «Vous n'êtes pas sans savoir que la crise financière globale a dévasté l'économie mondiale et causé une misère et des souffrances dans le monde entier. Mais elle a fait bien plus : elle a aussi sapé les fondements intellectuels de l'ordre économique mondial du dernier quart de siècle.» Fichtre !

Le directeur général du FMI désigne nommément «le consensus de Washington». Autrement dit, le corps de doctrine élaboré à Washington au début des années 1990, peu après la chute du mur de Berlin et de l'empire soviétique, par le FMI et la Banque mondiale, en concert avec le Trésor américain. DSK en énonce «les quelques formu

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant