La moitié des Français épargnent moins de 50 euros par mois

le
0

L'épargne «réelle» n'est accessible qu'à moins d'un Français sur deux, avec évidemment de fortes disparités selon les populations. Un problème de société aux répercussions économiques.

Cinquante euros: c'est selon une étude menée par l'institut SMG Insight/YouGov pour Genworth Lifestyle Protection Insurance le montant maximum que déclarent épargner chaque mois 54% des Français. Pire encore, selon l'étude, pour 11,4 millions d'entre eux, soit le quart des Français adultes, ce montant ne dépasse même pas... les 10 euros! Dit autrement: en France, en 2015, la population qui peut épargner est une minorité. Une fracture démographique que confirme Philippe Crevel, directeur du Cercle de l'Epargne: «Le taux moyen d'épargne en France est de 15,3%. Mais ce chiffre ne signifie bien entendu rien de concret. En clair, les jeunes de moins de 30 ans n'épargnent pas. La majorité de l'épargne française est concentrée par des personnes de plus de 40 ans, cadres, professions libérales ou agriculteurs, qui n'ont pas ou plus d'enfants à charge».

Epargne «cachée»

Si l'étude laisse entendre que la pression à la baisse des revenus, à cause de la faible croissance du pays, est la cause principale, quelques nuances viennent cependant relativiser les chiffres. L'enquête en effet se base sur les déclarations des 1010 personnes sondées. Or, la grande majorité d'entre elles ont tendance à ne pas prendre en compte deux éléments. Primo, les remboursements d'emprunts immobiliers qui, s'ils sont vécus par les intéressés comme une dépense, sont techniquement parlant de l'épargne car étant constitutifs d'un patrimoine. Secundo, les sommes laissées sur les comptes courants, dont la Banque de France indique qu'elles augmentent mois après mois signe d'une crainte pour l'avenir, sont également en théorie de l'épargne, puisque l'épargne est «tout ce qui n'est pas utilisé en dépense de consommation» selon la définition basique. Des nuances, qui peuvent changer la forme, mais pas le fond nous confirme Philippe Crevel: «En fait, le chiffre de 50 euros est sûrement sous-évalué, c'est vrai. Mais la tendance, si on se penche sur “l'épargne nette”, c'est-à-dire celle corrigée des remboursements, reste la même: seule une minorité de Français y ont accès».

Aversion au risque

Au-delà de la fracture sociale d'une société divisée entre une minorité épargnante et une majorité non épargnante, et souvent non imposable, vulnérable socialement en période de crise et sans filet de sécurité, le principal problème n'est pas le nombre, mais la nature de ceux qui épargnent: une population globalement âgée. Un paramètre qui influe en effet l'orientation de l'épargne nous explique Philippe Crevel: «La population âgée veut investir dans des produits sans risque. L'épargne française est donc orientée vers des placements peu innovants et peu dynamiques pour l'économie française». L'économie française souffre dans son ensemble d'une telle concentration, et profiterait plus d'une épargne peut-être moins importante en valeur absolue, mais mieux répartie dans les différentes couches de la population. Et paradoxalement, il ne manquerait pas grand-chose pour que la situation évolue rapidement dans un sens favorable… grâce au pessimisme ambiant. En effet, en période perçue comme morose, la propension à épargner est très importante, et malgré toutes les incitations publiques poussant à relancer la consommation pour pousser la croissance, une hausse minime des revenus des plus modestes se traduirait rapidement par un accroissement de l'épargne et une meilleure répartition. Ne reste plus qu'à espérer que cette amélioration des revenus arrive…

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant