La moitié des Centrafricains souffrent de la faim, selon le Pam

le
0
    PARIS, 20 janvier (Reuters) - Près de 2,5 millions de 
Centrafricains, soit la moitié de la population, souffre de la 
faim en raison du conflit en cours et de l'insécurité qui ont 
fait doubler leur nombre en 2015, rapporte mercredi le Programme 
alimentaire mondial (Pam). 
    La République centrafricaine a sombré dans le chaos en mars 
2013 quand les rebelles musulmans de la Séléka ont renversé le 
président François Bozizé. 
    Leurs exactions ont entraîné des représailles des milices 
chrétiennes "anti-Balaka" et l'armée française a dû intervenir 
dans le cadre de l'opération Sangaris pour mettre fin aux 
massacres. 
    Le conflit a fait un demi-million de déplacés, 450.000 
réfugiés et plusieurs milliers de morts, selon le Bureau de 
coordination des affaires humanitaires de l'Onu (Ocha).  
    "Trois années de crise ont conduit les familles à épuiser 
graduellement toutes leurs ressources, alors que l'insécurité et 
les déplacements perdurent.  
    "Les familles ont été forcées si souvent de vendre ce 
qu'elles possèdent, de retirer leurs enfants de l'école, même de 
recourir à la mendicité, qu'elles ont épuisé toutes leur 
ressources. Les gens se retrouvent sans rien", déplore Guy 
Adoua, directeur adjoint du Pam en République centrafricaine, 
dans un communiqué. 
    Une personne sur six souffre d'insécurité alimentaire sévère 
ou extrême et ne sait pas d'où viendra son prochain repas, 
tandis que plus de 35% de la population souffre d'insécurité 
alimentaire modérée, selon l'organisation.  
    Elle dit avoir besoin de 41 millions de dollars (37,6 
millions d'euros) pour assurer sa mission jusqu'à la fin juin en 
RCA et dans les pays voisins accueillant des réfugiés.  
 
 (Jean-Philippe Lefief) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant