La moitié de l'industrie française dépend du Japon

le
0
Les ruptures d'approvisionnement en provenance de l'Archipel n'ont à ce jour que des effets très limités mais pourraient devenir plus importantes dès la fin avril.

Éric Besson, le ministre de l'Industrie, se voulait rassurant mais vigilant après la tenue, lundi, d'une table ronde sur les difficultés d'approvisionnement après la crise au Japon. «Il s'agit d'une cellule de veille et non pas d'une cellule de crise», a résumé le ministre, non sans avoir égrené une longue liste de composants dont la production vient essentiellement ou exclusivement du Japon. Disques durs, capteurs pour appareils photo numériques, transistors fins, batteries pour PC… «20% de la production électronique mondiale vient du Japon, et même 70% pour au moins trente secteurs technologiques», a précisé Éric Besson.

Le Japon ayant jalousement conservé sur son sol la production des biens les plus sensibles. Or, plus de deux semaines après le séisme, il est toujours impossible de savoir quelle en est la portée précise sur l'industrie nippone. Au-delà des dégâts matériels immédiatement visibles, les vibrations et les coupures d'électricité ont notammen

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant