La modulation des allocations familiales fait réagir, même à gauche

le
5
La modulation des allocations familiales fait réagir, même à gauche
La modulation des allocations familiales fait réagir, même à gauche

Sur les réseaux sociaux, c'est le troisième sujet de discussion. Avec les vacances. Preuve que les Français ont tous un avis sur les allocations familiales, qui les accompagne depuis 1945. La modulation de l'allocation versée aux familles en fonction de leur nombre d'enfants, souhaitée par les députés socialistes et votée jeudi par l'Assemblée nationale, suscite un vif débat ce vendredi matin. A droite bien sûr. Mais à gauche aussi. «La polémique est inhérente à toute décision politique aujourd'hui», voulait croire, jeudi soir, la secrétaire d'Etat à la Famille Laurence Rossignol (PS). Elle n'était pas loin du compte. 

Alors que la mesure a été portée par les députés socialistes, elle ne fait pas l'unanimité à gauche. Ainsi sur BFMTV, l'ancien ministre de l'Education nationale Benoît Hamon a-t-il regretté qu'on touche à l'universalité des droits. «Si demain on ne réserve les droits et les prestations qu'aux familles les plus modestes et que l'on réclame l'impôt à tous, on affaiblit le consentement à l'impôt et à la solidarité», a estimé le député PS des Yvelines. Qui a tempéré son propos : cette économie «évite en tout cas que l'on remette en cause la prime à la naissance.

VIDEO. Benoît Hamon «attaché à l'universalité des droits»

Anne Hidalgo (PS), maire de Paris, n'approuve pas «les modalités de mise en oeuvre» de la réforme, pourtant «pas choquante». «Aujourd'hui, il y a un problème de pouvoir d'achat. Vous avez des familles qui ont 40, 45% de leurs revenus qui partent en impôts. A Paris, vous avez des familles dont 30 à 40% du revenu partent en logement. Compte tenu de ces problèmes, je souhaiterais beaucoup plus de progressivité» dans l'application de la mesure, a affirmé l'édile sur France 2.

Sur Sud Radio, la députée PS des Deux-Sèvres Delphine Batho, limogée du gouvernement en 2013 pour avoir critiqué le budget de son ministère (Ecologie), s'est naturellement dite ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bordo le vendredi 17 oct 2014 à 15:22

    Hamon se trompe : les familles "modestes" ou organisant leur modestie (les parlementaires ne sont ainsi pas touchés par la réduction des allocations familiales) bénéficient de TOUTES les prestations et ne payent AUCUN impôt. Les classes moyennes, ce sera bientôt le contraire. On a fait la révolution pour moins que çà.

  • frk987 le vendredi 17 oct 2014 à 11:04

    Politique purement électoraliste....démagogie....en un mot : le PS !!!!!!

  • pichou59 le vendredi 17 oct 2014 à 10:59

    ces nanards qui pillent la République;;; ces élus....vont échapper à ce qu'il viennent de voter (pour celles et ceux qui ont des enfants); en effet l'indemnité Imposable qu'ils perçoivent est inférieure au plafond pour bénéficier à taux plein des AF, car les autres indemnités ne sont pas imposables!!!!!! profitez en ,

  • M156470 le vendredi 17 oct 2014 à 10:33

    La Gauche s'interroge mais vote quand même la confiance et les Lois scélérates qui leur sont présentées...

  • M2723293 le vendredi 17 oct 2014 à 10:25

    Faites un sondage pour demander à quoi servent les allocs des ménages aisés.Moi je sais ce qu'en faisait ma femme. Elle allait chez le coiffeur le lendemain Arretons les bétises !!