La mission ExoMars 2020 a un besoin "d'un peu plus de 400 millions d'euros"

le
0

L'Agence spatiale européenne (ESA) va demander à ses États membres une rallonge "d'un peu plus de 400 millions d'euros" pour poursuivre ExoMars 2020, son projet d'exploration de la planète Mars, a-t-elle annoncé vendredi, un mois après le crash du module européen Schiaparelli sur la planète rouge.

Les ministres chargés de l'espace des 22 États membres de l'ESA et du Canada doivent décider s'ils accordent cette rallonge lors d'une réunion qui se tiendra jeudi et vendredi à Lucerne (Suisse).

L'ESA a besoin "d'un peu plus de 400 millions d'euros pour le projet, pour tous les travaux techniques nécessaires pour amener le véhicule jusqu'à la phase de lancement", a annoncé à la presse David Parker, directeur des Vols habités et de l'Exploration robotique à l'ESA.

Le coût du programme d'exploration de Mars de l'ESA est estimé à 1,5 milliard d'euros, avant le vote éventuel de cette rallonge.

La mission ExoMars 2020 prévoit l'envoi d'un robot mobile sur la planète rouge, à charge pour lui de forer le sol martien pour tenter de trouver des traces de vie passée. Elle a été précédée par la mission ExoMars 2016, qui s'est soldée le 19 octobre par la mise en orbite réussie de la sonde TGO mais aussi par le crash, provoqué par un problème de logiciel de navigation, du module européen Schiaparelli à la surface de Mars.

"C'était une expérience. On apprend autant des choses qui vont mal que des choses qui vont bien lors d'une expérience", a estimé M. Parker.

"Nous avons fait le test. Nous avons appris de ce test et nous sommes prêts pour le succès", a-t-il ajouté. Exomars 2020 "reste scientifiquement convaincant, il n'y a aucune autre mission prévue pour aller voir sous la surface de Mars".

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant