La mission ExoMars 2016 prête à décoller à la mi-mars

le
0
La mission ExoMars 2016 prête à décoller à la mi-mars
La mission ExoMars 2016 prête à décoller à la mi-mars

Enfin! Après avoir connu plusieurs vicissitudes ces dernières années, la mission ExoMars 2016 devrait être lancée le 14 mars depuis Baïkonour (Kazakhstan). Son but? Analyser les gaz de l'atmosphère martienne et tester un atterrisseur pour l'Europe.La mission suivante, Exomars 2018, chargée d'envoyer un robot forer en profondeur le sol de la planète rouge, pourrait en revanche être décalée de deux ans, a indiqué à l'AFP Jean Wörner, le directeur général de l'Agence spatiale européenne (ESA). Les scientifiques espèrent trouver grâce à elle des traces de vie passée sur Mars.Initiative de l'ESA, en partenariat avec l'agence spatiale russe Roskosmos, ExoMars 2016 comprend une sonde détectrice de traces de gaz baptisée TGO (Trace Gaz Orbiter) et un atterrisseur test sur Mars, nommé Schiaparelli.C'est une fusée russe Proton qui est chargée de lancer le couple depuis Baïkonour. Après un voyage de sept mois, l'atterrisseur se séparera de la sonde pour se poser sur la planète rouge le 19 octobre."TGO sera comme un grand nez dans l'espace", explique à l'AFP Jorge Vago, responsable scientifique de la mission ExoMars sur laquelle il travaille depuis 2002.La sonde, qui se mettra en orbite autour de Mars pour plusieurs années, va rechercher des traces de méthane dans l'atmosphère de la planète.Sur Terre, 90% de ce gaz est d'origine biologique et provient principalement de la décomposition de matières organiques. Sa détection peut donc constituer un indice possible de la présence actuelle d'une vie micro-organique sur Mars. Le méthane a en effet une durée de vie limitée.En 2004 la sonde européenne Mars Express avait déjà découvert de petites quantités de ce gaz."La sonde TGO va essayer de confirmer cette présence de méthane et d'analyser s'il est d'origine biologique ou bien s'il est le résultat d'un processus géologique", indique M. Vago.- Un éventuel "plan B"-Pour sa part, le module Schiaparelli - ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant