La mission du télescope spatial Kepler très compromise

le
0

CAP CANAVERAL, Floride (Reuters) - Kepler, le premier télescope spatial mis en place par la Nasa pour rechercher des exoplanètes analogues à la Terre et susceptibles d'abriter des formes de vie est victime d'une panne paralysant le mécanisme lui servant à pointer dans une direction de l'univers, ont annoncé des responsables américains.

Lancé en 2009, Kepler a révolutionné l'étude des exoplanètes, avec la découverte de 130 d'entre elles en orbite autour d'étoiles distantes, cependant que 2.700 autres planètes potentielles attendent que leur existence soit confirmée.

Le télescope, qui effectuait un travail d'une précision inédite, a perdu son aptitude à pointer dans une direction donnée car un deuxième de ses quatre gyroscopes a cessé de fonctionner mardi. Or, il faut qu'au moins trois des quatre marchent pour que Kepler puisse poursuivre sa mission de recherche de planètes extrasolaires.

Ce télescope se trouvant à 64 millions de kilomètres de la Terre, il est beaucoup trop loin pour qu'une mission de réparation, qu'elle soit le fait d'une mission automatique ou habitée, soit envisageable.

"Ce n'est certainement pas une bonne nouvelle pour la mission, qui marchait si bien et était si prometteuse", a déclaré à la presse le numéro deux du projet, Charles Sobeck, au Centre de recherches Ames de la Nasa.

En avril encore, Kepler avait détecté deux exoplanètes situées dans une "zone habitable" par rapport à leur étoile, et donc susceptibles d'abriter une forme de vie.

Irene Klotz; Eric Faye pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant