La mise en garde des tories à Cameron 

le
0
Les plus eurosceptiques des conservateurs lui reprochent ses concessions aux libdems.

La question shakespearienne que se posait Tony Blair en 1999 - «être ou ne pas être en Europe» - revient une nouvelle fois sur le devant de la scène politique britannique. Lundi soir, à la suite d'une pétition rassemblant plus de 100.000 signataires demandant un référendum sur l'appartenance à l'UE, les députés devaient se prononcer sur le sujet. David Cameron avait donné des consignes claires, appelant au rejet de la motion sous peine de sanction par les conservateurs. Pourtant, le premier ministre s'est vu défier par 81 députés tories, soit un quart des conservateurs au Parlement, donc beaucoup sont de jeunes élus prêts à risquer leur poste au sein du gouvernement. Parmi eux, Philip Davies estime que «l'avenir de la Grande-Bretagne réside dans les pays émergents», et non dans l'Union européenne «rétrograde» qui promeut «le business inefficace et les fermiers français».

Le référendum n'aura pas lieu puisque 483 députés s'y sont opposés, tandis ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant