La mise au point de Lucas Deaux

le
0
La mise au point de Lucas Deaux
La mise au point de Lucas Deaux

Invité cette semaine de l'émission Fous de foot sur Télénantes, Lucas Deaux est revenu sur son transfert avorté à La Gantoise. Le défenseur nantais explique également pourquoi il n'a pas encore prolongé et s'agace qu'on puisse le croire intéressé par l'argent.

En déplacement samedi soir à Zulte Waregem, La Gantoise ne pourra pas compter sur Lucas Deaux. Le club belge a pourtant tout fait pour enrôler le joueur nantais lors du dernier Mercato. Le milieu de terrain reconverti cette saison défenseur central se voyait d’ailleurs déjà en Belgique, avant que ses dirigeants n’en décident autrement. Forcément, avec du recul, la pilule a beaucoup de mal à passer. « J’avais indiqué aux dirigeants que je souhaitais partir, ça ne s’est pas fait pour diverses raisons, a expliqué Deaux, invité de l’émission Fous de foot sur Télénantes cette semaine. J’avais demandé de moi-même à partir mais je ne cherchais pas de club. C’est le club qui est venu me trouver par l’intermédiaire de mon agent. C’était le lendemain du match contre Reims. Mon agent m’a appelé et m’a demandé si la Belgique m’intéressait. La Gantoise ne me faisait pas rêver à premier abord mais quand j’ai su qu’ils étaient champions et jouaient la phase de poules de la Ligue des Champions, j’ai dit que oui, je voulais y aller. »

Lucas Deaux se voyait déjà en Ligue des Champions

Aujourd’hui, l’heureux papa d’une petite Lola depuis quatre jours s’en veut presque de ne pas avoir fait le forcing pour partir à La Gantoise. Mais ce n’est pas son genre. « C’était la seule offre concrète, elle est venue une semaine avant la fin du Mercato, moi, j’avais dit que je voulais partir. Nantes a tout de suite dit qu’il n’était pas vendeur, donc j’ai bien fait comprendre aux dirigeants que je souhaitais partir. Mais dans les règles de l’art, je n’ai pas du tout été irrespectueux envers l’institution FC Nantes, loin de là. J’ai tout fait dans les règles, peut-être même un peu trop. C’est d’ailleurs peut-être pour ça que je suis resté. J’avais vu dans la presse que quand les joueurs pouvaient passer un cap, les dirigeants les laissaient partir. C’était le cas pour moi, c’était la possibilité de disputer la Ligue des Champions, une compétition qui me fait rêver depuis gamin, ce n’était que du bonheur pour moi, mais ça ne s’est pas fait. »

Ne dites surtout pas à Lucas Deaux qu’il ne pense qu’à l’argent

Amer devant ce bon de sortie synonyme de Ligue des Champions qui n’est jamais venu, l’ancien joueur du Stade de Reims s’agace encore davantage lorsqu’il entend dire qu’il voulait absolument rejoindre le champion de Belgique pour l’aspect financier. « Oui, ça me blesse, parce que l’on me fait passer pour quelqu’un de cupide, alors que si je l’étais, je n’aurais jamais signé au FC Nantes, rétorque Deaux. C’est le challenge sportif qui m’intéressait. Après, j’aurais triplé mon salaire, je n’ai pas peur de le dire, mais en aucun cas je n’ai parlé d’argent dès le début. J’ai dit que je voulais y aller quand j’ai appris pour la Ligue des Champions. Tout simplement. » Même énervement chez ce Canari au caractère bien trempé quand il tord le cou à une autre rumeur qu’on lui rapporte souvent. « Je n’ai pas refusé de prolonger, je tiens à ce que ça soit bien clair. Je n’ai juste pas accepté les conditions qu’on me proposait pour prolonger, ce qui est complètement différent. La porte est ouverte, bien sûr, je suis bien ici, le club est en train de grandir, il y a des projets intéressants, c’est excitant. Apparemment, je suis quelqu’un d’important et dont on a besoin. Qu’on me le montre. Normalement, les joueurs importants sont considérés comme tels, donc j’aimerais bien être considéré comme tel. » Que cela soit le cas ou pas un jour, pas sûr que cela permette pour autant à Lucas Deaux de digérer ce transfert avorté en Belgique.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant