La ministre japonaise de l'Economie annonce sa démission

le
0

(Avec déclaration d'Obuchi, démission acceptée par Abe) TOKYO, 20 octobre (Reuters) - Yuko Obuchi, ministre japonaise de l'Economie, du Commerce et de l'Industrie a annoncé lundi sa démission après avoir été accusée d'utiliser à des fins personnelles des fonds réservés à ses activités politiques. Cette démission est un coup dur pour le Premier ministre Shinzo Abe, dont la cote de popularité ne cesse de baisser et qui va devoir prendre prochainement des décisions politiquement difficiles, dont une éventuelle hausse à 10% de la déjà très impopulaire TVA. Yuko Obuchi, membre du Parti libéral-démocrate et fille d'un ancien Premier ministre, est l'une des cinq femmes qui avaient été nommées ministres lors d'un remaniement le 3 septembre dernier. Elle est la première à avoir jamais détenu le portefeuille de l'Economie au Japon. "Nous ne pouvons pas laisser la politique économique et la politique énergétique en jachère au ministère à cause de mes problèmes. Je vais donc quitter mes fonctions", a déclaré Yuko Obuchi pendant une conférence de presse retransmise en direct à la télévision. Shinzo Abe a accepté sa démission, a annoncé le secrétaire général et porte-parole du gouvernement, Yoshihide Suga. Selon l'agence de presse Kyodo, le Premier ministre envisagerait aussi de remplacer la ministre de la Justice, Midori Matsushima, elle aussi soupçonnée d'abus de fonds publics. (Yuko Obuchi; Tangi Salaün pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant