La ministre italienne de l'Industrie démissionne

le
0
    ROME, 1er avril (Reuters) - La ministre italienne de 
l'Industrie, Federica Guidi, a démissionné jeudi après avoir été 
soupçonnée de conflit d'intérêt dans une affaire de trafic 
d'influence impliquant son compagnon. 
    Des écoutes téléphoniques rendues publiques par la police 
semblent attester que la ministre a assuré son compagnon que le 
gouvernement adopterait une législation qui aiderait ses 
affaires. 
    "Je suis absolument certaine de ma bonne foi et que je n'ai 
rien fait de mal, mais je crois nécessaire, pour des raisons 
politiques, de donner ma démission", déclare Federica Guidi dans 
un communiqué.  
    De Washington, où il assiste à un sommet sur la sécurité 
nucléaire, le président du Conseil italien, Matteo Renzi a dit 
respecter la décision de Federica Guidi et annoncé qu'il 
désignerait un remplaçant dans les jours à venir. 
    Selon un enregistrement téléphonique que Reuters a pu 
consulter, la ministre a informé son compagnon Gianluca Gemelli 
qu'un amendement serait réintroduit dans la loi de finance 2015 
    Or, cet amendement était susceptible de bénéficier aux 
affaires de Gianluca Gemelli. Il a ainsi permis au groupe 
pétrolier Total  TOTF.PA  de développer le gisement pétrolier de 
Tempa Rossa malgré l'hostilité de deux exécutifs régionaux qui 
s'opposaient à ce projet. 
    Gianluca Gemelli, qui avait des intérêts dans le 
développement du projet, a contacté Total pour lui faire part de 
"la bonne nouvelle". 
    Marco Salvini chef de file de la Ligue du Nord, un parti 
d'extrême droite, et Beppe Grillo, qui dirige le mouvement 
contestataire 5 étoiles, ont réclamé la démission de 
l'intégralité du gouvernement Renzi. 
 
 (Gavin Jones, Véronique Tison et Nicolas Delame pour le service 
français) 
 

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant