La mine de Perkoa au Burkina Faso pourrait presque doubler sa capacité d'extraction

le
0
(Commodesk) Le conseil d'administration de l'Australien Blackthorn Resources a donné mercredi son "accord conditionnel", en vue de participer à l'expansion du projet Perkoa, au Burkina Faso (120km à l'ouest de la capitale Ouagadougou). Le géant suisse des matières premières, Glencore International, qui détient la majorité des parts de Perkoa, a chiffré les besoins supplémentaires de financement à 35 millions de dollars (55% seraient apportés par Glencore et 45%, par Blackthorn Resources). Elle souhaite développer une production d'argent et de plomb, en plus de celle de zinc. Au global, la capacité annuelle d'extraction augmenterait ainsi de 40% et atteindrait un million de tonne de minerai. Avec cette extension, le potentiel d'enrichissement (valeur actuelle nette) passerait à 65 millions de dollars, soit trois fois la valeur du projet déjà en cours, a expliqué Blackthorn Resources. Perkoa appartient à la joint venture formée par Blackthorn Resources (39,9%), Glencore (50,1%) et le gouvernement burkinabè (10%). Quelle que soit l'issue des négociations en cours, la mine de zinc (en construction depuis début 2011) doit entrer en service à la mi-2012.
Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant