La métamorphose de François Fillon

le
0
Eternel numéro deux, derrière Séguin puis Sarkozy, l'ancien Premier ministre s'est mué en chef de guerre avec la campagne pour la présidence de l'UMP. Confidences.

Le numéro deux est-il en train de se transformer en numéro un? En apparence, François Fillon reste égal à lui-même. Tout en flegme, il a le visage creusé et impassible d'un Espagnol mélancolique. Le sourcil charbonneux rehausse le visage fatigué par un été de campagne et un accident de scooter, après cinq ans au turbin de Matignon. Par sa mère basque, qu'il a perdue cet été, François Fillon a beaucoup hérité de ce pays où les hommes sont pieux et susceptibles. «Tu es trop orgueilleux» , lui a souvent dit Nicolas Sarkozy. Jusqu'à maintenant, l'orgueilleux a très bien mené sa barque. Mais , le voici, pour la première fois dans sa carrière politique, prêt à rouler pour lui-même. Et chacun de se poser la question: à 58 ans, «le dandy en costume Arnys» a-t-il décidé de fendre l'armure? Le solitaire va-t-il apprendre à jouer collectif? Le dilettante est-il «prêt à tout» pour conquérir l'écrin élyséen? Beaucoup en doutent encore.

Il y a quelques sema

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant