La mesure du vote FN de plus en plus «fiable»

le
0
Face à la polémique créée par un sondage plaçant Marine Le Pen en tête du premier tour de la présidentielle, les instituts de sondages dévoilent leurs méthodes et se défendent de gonfler les chiffres.

Le vote Front national n'est plus inavouable. Alors que pour la première fois un sondage place la présidente du FN, Marine Le Pen, en tête du premier tour de la présidentielle, les instituts de sondages se défendent de gonfler les intentions de vote. «S'il a toujours été historiquement difficile d'évaluer le vote frontiste, qui était jugé honteux, il semble un peu mieux assumé depuis le 21 avril 2002, note Yves-Marie Cann, directeur d'études au département Opinion de l'Ifop. L'accession de Jean-Marie Le Pen au second tour de la présidentielle apparaît comme un élément déclencheur et un peu libérateur pour l'électorat frontiste».

«Alors qu'on constatait traditionnellement une sous-estimation chronique des intentions de vote FN, dont l'exemple le plus marquant reste 2002, les instituts rééquilibrent dorénavant les résultats de leurs sondages de manière beaucoup plus réaliste», confirme au Figaro.fr Jean-Yves Camus, spécialiste de l'extrême-droite. Pour redr

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant