La mesure de «suramortissement» sera prolongée

le
0

Ce dispositif, visant à accélérer les investissements des entreprises, est reconduit pour un an.

Cette fois, c'est officiel. Le dispositif de «suramortissement» des investissements productifs des entreprises, mis en place pour un an en avril 2015, sera bel et bien prolongé d'une année supplémentaire, jusqu'au 15 avril 2017. L'annonce avait déjà été faite le 25 février par Emmanuel Macron, le ministre de l'Économie, mais elle a été confirmée ce mercredi par le ministère des Finances, qui a donc dû se faire une raison. Christian Eckert, le secrétaire d'État au Budget, avait indiqué en fin d'année dernière qu'il n'était pas favorable à cette extension, en particulier pour des «raisons budgétaires» (elle coûte 500 millions d'euros par an).

Ce dispositif, visant à accélérer les investissements des entreprises, leur permet de majorer de 40% l'amortissement fiscal de leurs investissements. L'impact n'a pas été significatif sur 2015, les entreprises ayant mis plusieurs mois à s'approprier la mesure. De fait, l'investissement industriel a reculé de 2% l'année dernière. Mais, preuve qu'un frémissement s'opère, les industriels, qui demandaient le prolongement du dispositif, ont revu en début d'année à la hausse leur prévision d'investissement à + 7% pour 2016.

Le coût du CICE et du pacte de responsabilité

Au total, l'enveloppe des baisses de charges et de fiscalité prévues pour les entreprises dans le crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE) et le pacte de responsabilité reste cependant inchangée: 41 milliards en 2017, après 34 milliards en 2016. Le coût du CICE sera en effet moindre que prévu en 2017 dans un contexte d'inflation plus faible.

C'est ce vendredi que se met en place une nouvelle baisse des cotisations de 1,8 point pour les salaires compris entre 1,6 et 3,5 smic, afin de «cibler davantage les entreprises industrielles et exportatrices», selon Bercy. Cet allégement avait été décalé de trois mois pour financer la mesure de suramortissement de l'an dernier.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant