La mémoire sélective de Nicolas Sarkozy sur le budget de la défense

le
0
Nicolas Sarkozy, le 3 mai.
Nicolas Sarkozy, le 3 mai.

Dans un entretien au « Figaro », le président du parti Les Républicains déplore la baisse des dépenses militaires. Sans préciser qu’elle date de son propre quinquennat.

« La défense est une priorité absolue », proclame Nicolas Sarkozy dans Le Figaro, lundi 9 mai. Dans ce long entretien, l’ancien chef de l’Etat s’insurge notamment du budget des armées, trop faible à son goût.

Ce qu’il a dit :

« Le budget est actuellement de 32 milliards d’euros. Pour la première fois depuis 1945, la France dispose d’un budget de la défense inférieur à celui de l’Allemagne (34 milliards). Quel symbole ! Cela en dit long sur la perte d’influence de la France, sur les ambitions allemandes et le manque d’ambition français. Un effort sans précédent pour le budget de la défense est donc indispensable. Nous prévoyons de le porter à 1,85 % du PIB, contre 1,5 % aujourd’hui, soit 35 milliards d’euros en 2018 et 41 milliards en 2022. Cela représente près de 32 milliards d’euros cumulés supplémentaires sur l’ensemble du prochain quinquennat. Notre objectif est d’atteindre les 2 % du PIB en 2025. »

Pourquoi c’est faux Dans cette citation, Nicolas Sarkozy laisse penser que le budget des armées serait tombé à 32 milliards d’euros sous le quinquennat de François Hollande. Or, les chiffres sont implacables : c’est sous son propre quinquennat que le budget de la défense (hors pensions et anciens combattants), a atteint ce niveau, avec 32,1 milliards en 2011. La tendance à la baisse était d’ailleurs générale dans les pays occidentaux.

De même, si Nicolas Sarkozy a raison de souligner que « la France dispose d’un budget de la défense inférieur à celui de l’Allemagne », ma...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant