La mémoire courte du football colombien

le
0
La mémoire courte du football colombien
La mémoire courte du football colombien

Après la démission de Luis Bedoya, président de la Fédération colombienne, José Pékerman pourrait le suivre et quitter son poste de sélectionneur. Critiqué après la débâcle en Uruguay, l'entraîneur argentin voit sa cote baisser. La Colombie perdrait le meilleur entraîneur de son histoire. Et ne semble même pas s'en soucier.

"Pékerman ne va pas finir ces éliminatoires. Il est en train de perdre tout crédit. Il s'est trompé sur plusieurs joueurs qui n'ont pas le niveau de la sélection. Surtout ceux du football local." Dans les colonnes d'El Mercurio, Faustino Asprilla, légende et ancien international, s'est adonné au petit jeu pratiqué par la sphère du football colombien ces derniers temps : remettre en cause José Pékerman. Si les résultats récents et le jeu pratiqué par la sélection cafetera le permettent, les critiques reçues par l'entraîneur argentin semblent totalement démesurées. Et outre les soucis sportifs, Pékerman doit désormais affronter les suites de la démission de Luis Bedoya, président de la Fédération colombienne pendant neuf ans. Ce dernier évoque des motifs personnels, tandis que les médias locaux avancent une implication dans le FIFAGate. Si une ère se termine, la Colombie pourrait aussi voir son avenir se troubler : ce départ remet directement en cause l'avenir du sélectionneur José Pékerman à la tête des Cafeteros.

Pékerman perd un allié


Entre Bedoya et Pékerman, les liens sont forts. L'ancien président est à l'origine de la venue de l'ancien sélectionneur de l'Argentine en Colombie. Il est celui qui a exclusivement négocié avec son agent les détails d'une prolongation de contrat qui a fait polémique au pays. L'ancien chauffeur de taxi réclamait un salaire conséquent de 5,5 millions de dollars, et la gestion et supervision de toutes les équipes de jeunes de la sélection colombienne. Surtout, malgré des couacs à répétition pendant sa présidence, Luis Bedoya a su ramener de l'ordre dans la maison.

En 2010, après le scandale provoqué par Hernán Darío Gómez (condamné pour avoir frappé une femme) alors sélectionneur, il a su reconstruire une équipe décimée, où l'indiscipline régnait. Juan Manuel Santos, président de la Colombie, avait même demandé à Bedoya d'engager un entraîneur étranger pour remettre de l'ordre au sein de la sélection. José Pékerman est arrivé, avec son staff et ses exigences conséquentes, et a su refaire de la Colombie une équipe respectable. Et l'entraîneur argentin pourrait voir tous ses plans remis en cause. Avec Bedoya à la tête de la Fédération, Pékerman avait exigé la construction d'un centre sportif (sorte de…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant