La Méditerranée veut sa politique agricole commune

le
0
Cela permettrait de réduire le risque d'insécurité alimentaire, mais aurait un coût de près de 5 milliards d'euros.

La zone euro-méditerranéenne de libre-échange (Zlem), prévue par les accords de Barcelone de 1995, tarde à se concrétiser. Les droits sur les produits agricoles et agroalimentaires qui devaient diminuer d'ici à 2005 afin de favoriser les échanges entre l'Union européenne (UE) et les 11 pays du sud et de l'est de la Méditerranée (Psem) ne l'ont toujours pas été. Et pourtant, la complémentarité entre les 27 États de l'Union européenne et les Psem (Turquie, Égypte, Algérie, Maroc...) est grande.

Ces pays «sont lourdement déficitaires en produits alimentaires de base: lait, viande, céréales et oléagineux, tandis que l'UE est largement exportatrice de ces produits», souligne Jean-Louis Rastoin, professeur à Montpellier SupAgro, coauteur d'une étude sur la construction d'une PAC euroméditerranéenne. Ainsi, les importations de l'UE en provenance des Psem se chiffrent à 8 milliards de dollars et les achats des Psem à l'UE s'élèvent à plus du double (17

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant