« La Méditerranée proche du burn-out »

le
0
L'ONG WWF dresse l'état de santé du bassin convoité par de multiples acteurs économiques.
L'ONG WWF dresse l'état de santé du bassin convoité par de multiples acteurs économiques.

L’ONG WWF dresse l’état de santé du bassin convoité par de multiples acteurs économiques.

La « croissance bleue » : voilà un concept qui a le vent en poupe au sein des instances européennes. Il résume l’aspiration à voir les secteurs économiques liés au milieu marin continuer à croître à un rythme au moins aussi soutenu qu’aujourd’hui, et l’espoir flou que cet essor puisse se révéler durable. Le Fonds mondial pour la nature (World Wide Fund, WWF) a voulu voir ce que ce slogan représente pour une mer semi-fermée comme la Méditerranée. Quels efforts sont aujourd’hui déployés par les huit pays européens riverains – de Chypre à la France – pour préserver un milieu certes limité – moins de 1 % de l’océan mondial –, mais qui abrite entre 4 et 18 % des espèces marines connues ?

« On entendait beaucoup d’informations montrant que la Méditerranée était proche du burn-out, nous avons voulu vérifier, commente Isabelle Autissier, présidente du WWF France. Je ne crois pas que les Etats aient fait ce travail d’approche globale. » Forte de plusieurs bureaux dans cette région du monde – notamment d’une équipe à Marseille –, l’ONG a collecté de nombreuses données. Présenté sur des cartes où s’imbriquent des activités comme le transport maritime, la pêche, l’exploration minière, l’implantation d’éoliennes ou la protection de cétacés, ce travail, intitulé MedTrends et rendu public mardi 19 janvier, dessine en creux l’absence de planification de l’espace ou de stratégie globale.

Où est la politique marine de l’UE ? On cherche en vain la politique maritime intégrée que l’Union europ...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant