La médina de Syrte abandonnée aux pillards 

le
0
REPORTAGE - L'indiscipline de nombreux combattants rebelles retarde la victoire finale sur le dernier carré des pro-Kadhafi.

Envoyé spécial à Syrte

Les rues de Syrte sont curieusement désertes. Les longues perspectives ne laissent voir que des trottoirs vides bouchés par des tas de gravats, des fenêtres éclatées et des portes béantes. Mais personne. La ville natale de Mouammar Kadhafi apparaît oubliée, comme si elle était aux mains des hommes du Conseil national de transition (CNT) depuis des jours. Seul, au-dessus des toits, le grondement des mortiers et des canons antiaériens rappelle qu'à l'ouest de la cité, un carré de fidèles du Guide poursuit sa vaine résistance.

«Nous avons changé de plan. Nous ne laissons plus que quelques centaines d'hommes se battre. Cela ne sert à rien de laisser des milliers de soldats sur un aussi petit périmètre. On doit aussi tenter d'épargner les quelques civils qui restent dans Syrte», explique le commandant Salah el-Jabu. La tactique pourrait retarder la prise totale de la ville. Mais, il s'agit d'éviter les tirs fratricides qui, ces derniers jou

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant