La médiation imposée de Pékin au Soudan

le
0
Le président Hu Jintao, dont le pays a beaucoup investi dans l'exploitation pétrolière, prie les deux États de renoncer à la guerre.

Le président chinois, Hu Jintao, a appelé mardi à la paix entre les deux Soudans, à l'occasion de la visite à Pékin de son homologue soudanais du Sud Salva Kiir. «L'objectif le plus urgent» est pour le président chinois de «coopérer activement aux efforts de la communauté internationale» pour «arrêter le conflit armé dans les territoires frontaliers».

Hu Jintao a pu mesurer aussitôt la difficulté de la tâche. À peine arrivé, Salva Kiir a accusé le nouvel État du nord, qui a conservé le nom de Soudan, de lui avoir «déclaré la guerre». Un pas de plus dans l'escalade, Khartoum n'ayant pas officiellement lancé de déclaration de guerre. Mais pendant ce temps-là, sur le terrain, les opérations continuaient. Après avoir repris les champs de pétrole de Heglig, situés au Soudan et occupés brièvement par le Soudan du Sud, l'aviation soudanaise a bombardé mardi Panakwach et Lalop, deux localités situées en territoire sud-soudanais, ainsi qu'un poste frontiü/p>...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant