La médiation familiale, une aberration selon SOS Papa

le
3
Réagissant à l'affaire Serge Charnay, retranché depuis trois jours, la ministre de la Famille, Dominique Bertinotti, a déclaré que le système français manquait «d'un véritable système de médiation familiale».

Avant même que n'ait lieu la réunion au ministère de la Justice, lundi après-midi, les associations de défense des droits des pères s'indignent des déclarations de la ministre de la Famille, Dominique Bertinotti. C'est le premier ministre, Jean-Marc Ayrault, qui a demandé à ses deux ministres Christiane Taubira (Justice) et Dominique Bertinotti (Famille) de recevoir les associations alors qu'un père divorcé, Serge Charnay, est retranché depuis trois jours en haut d'une grue, à Nantes, pour réclamer le rétablissement de son droit de visite sur son fils.

En réponse aux séparations et gardes conflictuelles, la ministre de la Famille a remis sur la table la vieille carte de la médiation familiale. «Une aberration», selon l'association SOS Papa (16.000 ...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1945416 le lundi 18 fév 2013 à 17:06

    et les pères divorcés dont le seul droit est de payé la pension, même si la mère ne respecte pas le droit de visite et garde? même majeur, le père doit payé, qu'il ai ou non des nouvelles de l'enfants... il peut toujours aller en justice , sans résultat ...

  • csanta le lundi 18 fév 2013 à 15:29

    je suis tout à fait d'accord avec M3442903 je l'ai déjà écrit sur un autre post, mais vu que la Justice est tout sauf juste, ça craint pour le devenir des enfants de parents divorcés

  • M3442903 le lundi 18 fév 2013 à 15:09

    Les parents violents n'ont pas droit a la garde d'enfants et c’est très bien comme cela, un individus qui a été violent une ou plusieurs fois le redeviendras dans le temps, comme les délinquants, les violeurs, les pédophiles et autres qui récidives a plus de 50% et la justice n'a pas a faire de sentiment, tant pis pour celui qui a fauté, il assume sa faute jusqu’a majorité de l’enfant.