La médiation de l'Union africaine reportée, selon Libreville

le
0
    LIBREVILLE, 8 septembre (Reuters) - La mission de l'Union 
africaine (UA) qui devait entamer vendredi une médiation au 
Gabon, où l'opposition conteste la réélection d'Ali Bongo, a été 
repoussée à une date ultérieure, a annoncé le ministre gabonais 
des Affaires étrangères, Emmanuel Issoze-Ngondet.  
    Le président tchadien Idriss Déby, qui doit en prendre la 
tête, est rentré fatigué du sommet du G20, qui s'est déroulé 
dimanche et lundi en Chine, a-t-il précisé. L'UA n'a pas 
confirmé l'information.  
    L'Union européenne a mis en doute les résultats du scrutin 
du 27 août et le Premier ministre français, Manuel Valls, a jugé 
mardi qu'il serait sage de recompter les voix, décision qui, 
selon Ali Bongo, relève de la Cour constitutionnelle. 
    Son adversaire Jean Ping avait jusqu'à jeudi 15h00 GMT pour 
la saisir, mais l'opposant, qui revendique lui aussi la victoire 
et exhorte la communauté internationale à réagir, a dit ne pas 
faire confiance à cette instance selon lui acquise au chef de 
l'Etat sortant. Les Nations unies l'ont toutefois exhorté à le 
faire.   
    "Nous sommes en train d'étudier la possibilité. Nous n'avons 
pas encore pris de décision", a déclaré jeudi John Nambo, son 
directeur de campagne.  
    Jean Ping affirme que la participation a été gonflée dans la 
province du Haut-Ogooué, fief d'Ali Bongo dans le sud-est du 
pays, pour lui offrir sa victoire. 
    D'après les chiffres officiels, seuls 47 des 71.000 
électeurs de la province se sont abstenus, a indiqué jeudi Sarah 
Crozier, porte-parole des observateurs européens.  
 
 (Gerauds Wilfried Obangome, Jean-Philippe Lefief pour le 
service français, édité par Tangi Salaün) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant