La masse salariale de l'État augmente

le
0
Malgré la baisse des effectifs, elle augmentrait encore de 1% chaque année.

Sans maîtrise des effectifs et des rémunérations des fonctionnaires, la France ne pourra pas stabiliser, comme elle l'a promis à Bruxelles, les dépenses de l'État jusqu'en 2014. Et ce pour une raison simple: les charges de personnel (rémunérations et charges sociales) absorbent 31% du budget de l'État, hors charges de la dette et pensions de retraite.

Le gouvernement est évidemment conscient de l'enjeu. Voilà pourquoi le point d'indice, qui sert de base de calcul à la rémunération des fonctionnaires, sera gelé en 2012, après l'avoir été en 2011. De fait, chaque hausse d'1% du point coûte 900 millions à l'État. En outre, le non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite se poursuivra, avec à la clé quelque 30.000 suppressions de postes par an. Bercy espère ainsi réduire la masse salariale de l'État, de 82,7 milliards en 2011 à 81,7 milliards en 2013.

Trop de primes reversées

Ce n'est pas l'avis de la Cour des comptes. Dans un rappor

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant