La marque Samsung à l'épreuve de la débâcle de son smartphone phare

le
0
La marque Samsung à l'épreuve de la débâcle de son smartphone phare
La marque Samsung à l'épreuve de la débâcle de son smartphone phare

Quand il a lancé son nouveau smartphone dans un marché hyper concurrentiel qui se contracte, Samsung voulait atteindre des sommets. Au lieu de quoi, le géant sud-coréen se retrouve face à l'abîme.Ce qui aurait pu n'être qu'un contretemps technique concernant quelques appareils s'est métamorphosé en vraie crise qui semble devoir infliger à Samsung des dommages incalculables dans un marché où la confiance et la fidélité à la marque sont primordiaux.La gravité du problème provoqué par le Galaxy Note 7 et ses batteries explosives est telle que Samsung a décidé d'arrêter les frais mardi et de laisser tomber complètement son modèle.Les conséquences pourraient être désastreuses car la série des Note, à mi-chemin entre téléphone et tablette, et celle des smartphones Galaxy S, sont les armes emblématiques du sud-coréen dans l'âpre combat qu'il livre sur le segment haut de gamme à son grand rival américain Apple.Le premier fabricant mondial de smartphones avait été contraint d'annoncer le 2 septembre un rappel planétaire de 2,5 millions de Note 7, ce qui semblait initialement avoir limité la casse.Mais tout s'est effondré lorsque des médias ont rapporté que le Note 7 de remplacement prenait lui-même feu, conduisant de nombreux distributeurs à arrêter les échanges et les ventes.- "Pire scénario" -"C'est le pire scénario pour Samsung", souligne Jan Dawson, analyste chez Jackdaw Research."Pour paraphraser Oscar Wilde, perdre une version d'un produit à cause de problèmes de batterie peut être regardé comme un malheur, en perdre deux ressemble à de la négligence".Les analystes estiment que le rappel pourrait finir par coûter à Samsung plus de 10 milliards de dollars. Mais c'est l'impact à long terme sur l'image de marque globale du sud-coréen qui inquiète davantage.La division mobile de Samsung Electronics fut le moteur des fortunes ascendantes du groupe mais le conglomérat touche à toute ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant