La marge de négociation immobilière

le , mis à jour le
0

Lorsqu'on achète un bien immobilier, il y a généralement la possibilité de négocier. Cette marge de négociation se stabilise en 2016, après une hausse depuis 2014. Explications.

La marge de négociation immobilière : de quoi s'agit-il ?

Dans toute transaction immobilière, l'acquéreur potentiel peut faire en sorte de négocier le prix de vente souhaité par le vendeur. La différence entre le prix annoncé d'un appartement ou d'une maison et son prix de vente effectif, à la signature, correspond à la marge de négociation immobilière. Un bien surévalué, un marché difficile, l'absence de candidats à l'achat peuvent permettre à un acquéreur de négocier le prix. Si le vendeur souhaite vendre à court terme, la discussion a de bonnes chances d'aboutir à un tarif revu à la baisse dans l'intérêt des deux parties.

La moyenne se stabilise

Chaque mois, le baromètre immobilier LPI-Se Loger révèle le taux de marge de négociation pratiqué en France. Pour le mois de mars, selon les résultats publiés en avril, le taux moyen dans l'Hexagone est de 4,8 %. Il s'agit d'une stabilisation, après deux années de taux en hausse. Entre 2014 et 2016, la marge pouvait atteindre 10 % dans certaines régions.

Des disparités observées

La marge de négociation immobilière varie sensiblement selon les biens vendus. Pour les maisons individuelles, le taux est de 5,4 % en moyenne. Il est de 4,4 % pour les appartements. En toute logique, la marge pour négocier est aussi moins élevée en Ile-de-France et Languedoc-Roussillon que dans le Limousin, la Bretagne et le Centre, où la demande est plus faible.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant