La marée noire en Nouvelle-Zélande risque de durer plusieurs années

le
0
(Commodesk) Le naufrage du porte-conteneur Rena, il y a un mois, pourrait souiller les plages pendant encore des années, avec l'arrivée de nouveaux fragments de galettes de pétrole, selon un expert australien cité hier par le journal local Bay of Plenty Times. Selon Joe Rosanito, les côtes pourraient être propres en quelques semaines si le pétrole n'arrivait plus, mais ce n'est jamais ce qui se passe. Les bénévoles, qui se sont mobilisés pour nettoyer les côtes de la baie de Plenty, totalisent déjà 13.000 heures de travail, selon Alex van Wijngaarden, le commandant du National On-Scene, organisme chargé de la gestion des marées noires, dont les propos ont été rapportés par le Maritime New Zealand. En parallèle, l'opération de pompage du fuel resté à bord du bateau a repris, après une interruption de quelques jours en raison de mauvaises conditions météorologiques. Il reste 358 tonnes de fioul dans les cuves, ainsi qu'une quantité indéterminée d'huile moteur, tandis que 350 tonnes ont jusqu'à présent été dispersées en mer. Le gouvernement néo-zélandais vient de lancer un programme de nettoyage sur 12 mois et de constituer un fonds pour aider les entreprises de la région touchées par le désastre écologique et maritime.
Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant