La marée noire de Shell menace les côtes du Nigéria

le
0
(Commodesk) Alors que Shell affirme que l'essentiel du pétrole déversé dans l'océan Atlantique suite à une fuite sur l'une de ses plateforme a été dispersé, des associations écologistes locales contestent la communication officielle de la compagnie anglo-néerlandaise. Selon Shell, seuls 40.000 barils se seraient échappés lors du transfert de pétrole vers un bateau de transport, dont les trois quarts auraient déjà été dispersés. Mais Sky truth, qui a publié une photo satellite montrant une nappe d'hydrocarbures de 923 kilomètres carré, estime que la quantité est nettement plus importante. L'organisation nigériane Environmental Rights Action conteste de son côté le fait que la pollution ne menace pas le littoral. D'après elle, des galettes de pétrole ont été observées tout près de la ville côtière d'Odioma, au sud-est du pays, alors que le brut aurait déjà atteint l'île de Varnish. De nombreux habitants de cette région dépendent de la pêche pour survivre. Le Delta du Niger a connu de nombreuses marées noires ces dernières années. Shell, la première compagnie d'hydrocarbures installée au Nigéria, est régulièrement mise en cause par le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) et par Amnesty International.
Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant