La Manif pour tous : «Sa tactique, attiser et diviser», selon Laurence Rossignol

le
3
La Manif pour tous : «Sa tactique, attiser et diviser», selon Laurence Rossignol
La Manif pour tous : «Sa tactique, attiser et diviser», selon Laurence Rossignol

Pou la secrétaire d'état, l'idée de la famille que se font les leaders de la Manif pour tous ne correspond pas à la manière dont les Français la vivent.

Etait-il opportun d'annoncer des économies dans la politique familiale à six jours de cette Manif pour tous ?

Laurence Rossignol. On ne fixe pas le calendrier parlementaire en fonction d'une manifestation. Quand on doit réaliser 50 Mds¤ d'économies, il est normal de les présenter au moment des lois de financement. Notre politique familiale reste solide. Cette année encore, ce seront 80 Mds¤, tous budgets confondus, qui iront aux familles et aux enfants, ce qui relativise ces 700 M¤ d'économies demandés à la branche famille.

Il n'empêche, n'êtes-vous pas en train de redonner du souffle à la Manif pour tous ?

La Manif pour tous agrège des personnes qui n'ont pas les mêmes buts. Certaines sont mal intentionnées dès le début, amalgamant des sujets qui n'ont rien à voir pour élargir leur audience. Au départ, cela a été le mariage pour tous, puis le genre, puis la PMA. Maintenant, c'est la GPA et les prestations familiales. Sauf que l'idée que les porte-parole de La Manif pour tous se font de la famille ne correspond pas à la façon dont les Français la vivent. Je n'ai jamais entendu ses représentants revendiquer des prestations pour les familles monoparentales, des places de crèches ou d'assistantes maternelles...

Pour Manuel Valls, les parents qui ont eu recours à la GPA (gestation pour autrui) ne sont pas des parents responsables. Etes-vous d'accord ?

Soyons clairs, ceux qui ont eu recours à la GPA aiment leurs enfants, mais ils ont transgressé la loi française. Ils ont eu recours à une pratique contraire à nos valeurs fondamentales : le refus de la marchandisation de l'humain qui inclut les femmes et les enfants. Il y a là une situation que le droit ne peut entériner. Pour le reste, le gouvernement est très clair : la prison n'est pas ici une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • knbskin le dimanche 5 oct 2014 à 09:35

    Disons que d'une façon générale les "valeurs fondamentales" de "la gauche" sont pour le moins vérolées. Ce doivent être celles des Guérini, Cahuzac, Thévenoud, DSK, Andrieux, et autres illustres étendards des "valeurs de la gauche", dont personne ne sait en quoi elles consistent, d'ailleurs ! :D

  • knbskin le dimanche 5 oct 2014 à 09:32

    L'actuelle "majorité" agrège sans doute des "personnes qui ont le même but" ? On peut en douter. Par exemple, la GPA payante est tout à fait conforme aux "valeurs fondamentales" d'un Pierre Bergé, ou autres LGBT enragés. Alors, on fait quoi ? ;)

  • lsleleu le dimanche 5 oct 2014 à 08:00

    un réflexion dont elle aurait pu se passer parce que le gouvernement rassemble?