La mammographie reste la clé du dépistage précoce

le
0
La France est dans la moyenne européenne de détection des cancers grâce au dépistage, cependant elle fait figure d'élève plutôt moyen pour la mortalité par cancer du sein.

«Certaines femmes refusent de faire une mammographie, car elles ont peur qu'on leur annonce un cancer. Il faut leur rappeler qu'un cancer, s'il est détecté tôt, est guéri dans la très grande majorité des cas», souligne Élisabeth Bernigaud, présidente du Comité féminin de Paris. La campagne actuelle de sensibilisation au dépistage organisé insiste également sur l'intérêt de la mammographie, seul outil de détection précoce des cancers du sein. Grâce à cette technique, 50% des cancers du sein sont désormais dépistés au stade de petite tumeur, inférieure à 2 cm, contre 15% en 1980.

Deux systèmes cohabitent actuellement en France: le dépistage individuel, réalisé sur prescription du médecin traitant ou du gynécologue, et le dépistage organisé, mis en place en 2004. «Le dépistage organisé présente le très grand avantage d'être régulièrement évalué, puisqu'il repose sur un financement public. Il a désormais été hissé au niveau du dépistage in

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant