La malédiction Samsung

le
2
La malédiction Samsung
La malédiction Samsung

Des téléphones qui explosent, des couvercles de machine à laver qui s'envolent, des millions d'euros de marchandises coincées en mer à cause de la faillite d'un transporteur, et dernièrement une perquisition de la police coréenne dans ses bureaux dans le cadre d'une enquête sur un vaste scandale d'Etat. Hier, des centaines de milliers de Sud-Coréens sont d'ailleurs descendus dans les rues de Séoul pour réclamer la démission de leur présidente, Park Geun-hye, et d'une sulfureuse conseillère de l'ombre soupçonnée d'avoir « racketté » des groupes industriels nationaux, dont Samsung.

Précipitation

Depuis quelques mois, le géant asiatique traverse une très mauvaise passe. Une succession de déboires techniques, commerciaux, financiers et une perte d'image qui a commencé par le fiasco de son dernier smartphone, le Galaxy Note 7. Ce petit bijou de technologie, plus fin, plus puissant devait damer le pion à l'iPhone 7 d'Apple et faire exploser le chiffre d'affaires de la partie électronique du conglomérat coréen, l'un de ces « chaebols » qui ont hissé en soixante ans le pays au rang de 12e puissance économique mondiale.

Samsung Electronics espérait en vendre entre 15 et 19 millions d'ici à mars 2017. Mais, lancé dans la précipitation au début du mois août, le téléphone a explosé tout court. Quelques semaines après leur commercialisation, une centaine de smartphones vendus notamment aux Etats-Unis chauffaient et s'embrasaient. Après avoir ordonné le rappel des 2,5 millions d'appareils Note 7 déjà écoulés, le groupe a finalement décidé le 10 octobre de stopper sa production. Et pour cause, malgré le changement des batteries, les smartphones ont continué d'exploser sans que le groupe ne parvienne à déterminer les raisons. Un naufrage industriel estimé à 2,5 Mds€.

Si, en France, aucun embrasement du Note 7 n'a été signalé puisque l'appareil ne pouvait être que précommandé, c'est un autre modèle, un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • umrk il y a 3 semaines

    "renier sur les coups" ! mon Dieu .......

  • Nemlods il y a 3 semaines

    Pour ce qui concerne les produits "mal fabriqués" on ne peut pas parler de malédiction. Ce qui laisse sous-entendre qu'ils n'ont pas de chance. C'est plus probablement un problème de vouloir aller vite et de renier sur les coups.