La maladie de Chavez favorise les défections

le
0
Les accusations de corruption et de trafics contre la hiérarchie militaire se multiplient

Depuis juin 2011, le cancer du président vénézuélien Hugo Chavez l'oblige à s'absenter de longues périodes de Caracas pour se faire soigner à Cuba. Au-delà des interrogations sur la succession éventuelle du leader bolivarien, cette vacance du pouvoir provoque affrontements et règlements de comptes dans les sphères les plus hautes de l'État vénézuélien. La parole se libère et les accusations fusent. Le flot de «révélations» s'est amplifié ces dernières semaines sur les liens entre la haute hiérarchie militaire et le trafic de drogue.

Les accusations les plus graves ont été exprimées par le général Aponte Aponte dans un entretien à SoyTV, une chaîne américaine de Miami la semaine dernière. Il y décrit un réseau mafieux de hauts gradés de l'armée vénézuélienne qui aurait participé au trafic de cocaïne en provenance de la guérilla colombienne des Farc (Forces armées révolutionnaires de Colombie). Compagnon de route de la première heure de Hugo C

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant