La majorité met l'assistanat au cœur de la campagne

le
0
François Fillon, pour défendre son bilan, a vivement recadré Laurent Wauquiez.

«C'est un sacré truc, non?» Laurent Wauquiez tient son moment. Le ministre des Affaires européennes n'était pas à la table des dirigeants de la majorité, mardi matin à l'Élysée. Mais il a été au centre de la conversation. En proposant de limiter le cumule des minimas sociaux à 75% du salaire minimum, ou de compléter l'attribution du revenu de solidarité active (RSA) par des «heures d'intérêt général», le ministre, pourtant estampillé droite sociale et fils spirituel du centriste Jacques Barrot, a jeté un beau pavé dans la mare.

Mardi, les caciques de la majorité ont presque tous critiqué sa «méthode», Alain Juppé le premier: «Les initiatives individuelles créent un sentiment de confusion qu'il faut éviter», a regretté le ministre des Affaires étrangères. Mais c'est François Fillon qui s'est montré le plus sévère: «La vocation d'un ministre, ce n'est pas de prendre des initiatives personnelles pour exister!» a tancé le premier ministre.

En retra

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant