La majorité des Français inquiets pour leur pouvoir d'achat

le
4
LA MAJORITÉ DES FRANÇAIS INQUIETS POUR LEUR POUVOIR D'ACHAT
LA MAJORITÉ DES FRANÇAIS INQUIETS POUR LEUR POUVOIR D'ACHAT

PARIS (Reuters) - Les inquiétudes des Français en matière de pouvoir d'achat progressent de façon spectaculaire, montre un sondage Viavoice diffusé jeudi, à la veille de la présentation d'un projet de budget 2013 qui fait la part belle aux hausses d'impôts.

Ils sont ainsi désormais une majorité (53%) à anticiper une dégradation de leur pouvoir d'achat au cours des trois prochains mois, une hausse de sept points en un mois et de 17 points depuis mai, selon cette enquête réalisée pour BPCE, Les Echos et France Info.

"Cette évolution spectaculaire s'explique par le climat d'austérité à la fois actuel et anticipé", analysent François Miquet-Marty et Aurélien Preud'homme, de Viavoice, dans leurs commentaires de l'étude.

"Après deux plans de rigueur en 2011, et alors que le climat économique est très fortement dégradé - et donc peu propice à l'augmentation des revenus -, les ménages anticipent une nouvelle augmentation de leurs dépenses contraintes à court terme", ajoutent-ils.

Les inquiétudes progressent en particulier pour deux postes de dépenses, la fiscalité, citée par 37% des personnes interrogées, et le prix du gaz, par 25% (+6).

Ces évolutions font suite à deux annonces récentes : l'augmentation de 20 milliards d'euros de prélèvements obligatoires supplémentaires pour 2013 et l'augmentation du prix du gaz de 2% au 1er octobre, qui pourrait être suivie d'une nouvelle hausse début 2013.

L'alimentation figure toujours en tête des dépenses les plus préoccupantes, citée par 45% des personnes interrogées (+4).

L'essence, qui reste à un prix élevé malgré la baisse des taxes décidée fin août, demeure une préoccupation majeure pour 41% des Français (+1).

LA CONSOMMATION ET L'ÉPARGNE EN BERNE

Cette dégradation des perspectives en matière de pouvoir d'achat devrait se traduire par une contraction de la consommation et de l'épargne.

Les Français sont ainsi 38% (+4) à envisager de dépenser moins que ces derniers mois dans les trois prochains moins, et ils sont 33% (+4) à prévoir de mettre moins d'argent de côté.

Ce sondage paraît alors que la confiance des ménages français a de nouveau baissé en septembre, dans un contexte de hausse continue du chômage, de tour de vis fiscal à venir et de stagnation de l'activité. Cette confiance en berne fait écho à la déprime des chefs d'entreprises pour dresser un tableau sombre de l'économie française.

Alors que le nombre de chômeurs progresse pour le 16e mois consécutif et dépasse les 3 millions pour la première fois depuis juin 1999 dans la catégorie phare, l'enquête mensuelle publiée mercredi par l'Insee montre un bond des anticipations négatives des ménages.

L'étude de Viavoice montre également une situation difficile pour les Français en cette rentrée 2012. Ce contexte, notent les auteurs du rapport, "constitue un défi pour le gouvernement, à l'heure où celui-ci fixe les derniers arbitrages pour le budget 2013", dont le projet sera présenté vendredi.

Le sondage a été réalisé par téléphone les 20 et 21 septembre auprès d'un échantillon de 1.005 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, constitué selon la méthode des quotas.

Patrick Vignal, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ANOSRA le jeudi 27 sept 2012 à 09:29

    Sous N.S. les Français étaient inquiets, mais en moyenne il a augmenté 4 années sur 5 (source INSEE), sous F.H. ils sont inquiets car il va baisser 5 années sur 5 !!!

  • p.bernus le jeudi 27 sept 2012 à 09:02

    Ils ont ce qu'ils méritent

  • a.lauver le jeudi 27 sept 2012 à 08:41

    je comprends pas pourquoi, notre président nous a promis de ré-enchante le rêve...

  • jeepinv le jeudi 27 sept 2012 à 08:16

    Étonnant que les gens soient inquiets de voir leurs impôts augmenter pour préserver les emplois publics

Partenaires Taux