La majorité des Français estime que la fraude dans les transports est acceptable

le
28

Alors que la Cour des comptes estime la fraude dans les transports à 500 millions d'euros par an, 52% des Français considèrent qu'elle est acceptable.

Un contrôleur SNCF à la garde du Nord le 6 octobre 2016. (Illustration) ( AFP / CHRISTOPHE ARCHAMBAULT )
Un contrôleur SNCF à la garde du Nord le 6 octobre 2016. (Illustration) ( AFP / CHRISTOPHE ARCHAMBAULT )

La fraude dans les transports semble être un sport national en France. Selon les chiffres 2016 de l'Observatoire de la mobilité* présentés jeudi 17 novembre par l'UTP (Union des Transports Publics et Ferroviaires), le taux de fraude est de 8,9% dans l'Hexagone contre 3,1% dans les grandes capitales occidentales.

Est-ce parce qu'ils ont plus tendance à frauder que les autres que les Français sont moins enclin à condamner cette attitude ? Cette même enquête révèle en effet que 52% des personnes interrogées jugent que la fraude est acceptable. 64 % des usagers estiment notamment qu'elle est compréhensible lorsque les distributeurs de tickets sont en panne, et 60 % lorsque le passager a des revenus trop faibles. Pourtant, "contrairement à ce que l'on croit souvent, les fraudeurs ne sont pas les plus démunis", assure Jean-Pierre Farandou, président de l'UTP et PDG de Keolis, filiale de la SNCF. En effet, les billets plein tarifs n'ont représenté que 36 % du total des voyages en 2015. Certains citent également un trajet de petite distance qui ne mériterait pas de dépenser autant d'argent (32%), le prix du titre de transport trop élevé (27 %) ou encore le manque de temps pour acheter son billet (17 %).

DES SANCTIONS PLUS DURES

Les pouvoirs publics comptent bien mettre fin à la fraude, qui est évaluée par la Cour des comptes à 500 millions d'euros par an. En Île-de-France, la présidente de région Valérie Pécresse a en fait l'une de ses priorités et une campagne dévoilée mi-septembre prévenait les usagers qu'elle serait désormais plus durement sanctionnée.

La loi Savary sur les transports adoptée en mars a en effet "donné beaucoup plus de moyens coercitifs" contre les fraudeurs, qui devront désormais justifier de leur identité en cas de contrôle, et pourront à défaut, être retenus pendant 4 heures. La nouvelle loi interdit aussi les "mutuelles de fraudeurs" (des systèmes permettant aux fraudeurs de voir leur amende acquittée via cette combine, contre le versement de quelques euros par mois) et abaisse de dix à cinq infractions le délit de fraude répétée. Elle sanctionne également plus durement les usagers contrôlés qui donnent une fausse adresse ou une fausse identité (2 mois d'emprisonnement et 3.750 d'amende).

L'UTP travaille d'ailleurs depuis plusieurs mois sur une plate-forme de fiabilisation des adresses. L'objectif est de récupérer 200 millions d'euros.

* Enquête réalisée par l'Ifop auprès d'un échantillon d'un millier de personnes.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • calippe3 il y a 3 semaines

    la fraude non merci pas pour moi et qui paient la facture .... ce n'est pas rentable et on augmente les prix. la majorité comprend la fraude on comprend mieux pourquoi ce pays va mal ......

  • frk987 il y a 3 semaines

    J'ai même lu je ne sais où que même à Paris, le métro serait gratuit avec le gain sur la billetterie, on serait à somme nulle.

  • frk987 il y a 3 semaines

    Je parle évidemment des TC pour les villes moyennes où la notion de zones n'existe pas. On rajoute le prix d'abonnement dans la taxe d'habitation....au point où en est la dite taxe d'habitation.......ça ne changera pas grand chose et là on pourra ENFIN doubler le prix des parcmètres, plus aucune excuse pour ne pas prendre le bus.

  • frk987 il y a 3 semaines

    Comme en fait le prix du billet ne couvre que 10% du prix réel, on peut sérieusement se poser le problème de la gratuité, entre le gain sur la billetterie et les contrôleurs.....on ne devrait pas trouver un bien gros écart financier à l'arrivée. Au moins cela irait dans le vrai sens écologique.

  • frk987 il y a 3 semaines

    Vous payez pour les fraudeurs, cela dit, il est anormal que pour deux arrêts on paye le même prix que pour la ligne complète. Insoluble le problème. Combien de petites vieilles qui prennent le bus pour 100 m pour aller à l'épicerie du coin.....

  • remimar3 il y a 3 semaines

    S'ils acceptent de payer pour les fraudeurs, tant pis pour eux ! Car ce sont les usagers qui paient l'addition, il aurait peut être fallu leur dire avant de les sonder.

  • d.e.s.t. il y a 3 semaines

    La majorité des Français sont des veaux (De Gaulle) , ceci explique cela! Mais quand un ministre de l'Intérieur de Sarkozy, Guéant, prend deux ans de prison pour détournement de fonds publics, la masse ne s'indigne pas beaucoup plus: la morale est vraiment à zéro!

  • M2487190 il y a 3 semaines

    "la majorite" des francais ont fraude (on peut ainsi dire ??? )

  • domin288 il y a 3 semaines

    Je suis sceptique sur ce sondage d'opinions. Que cherche ceux qui l'on établie. Leur délire est nuisible pour le bien de l'homme. Frauder est un vol, un vol est un viol, un viol est un meu-rtre.

  • M1084720 il y a 3 semaines

    Ma petite dernière, mineure, vient de se faire prendre dans un tram à LYON pour ne pas avoir composté son billet, elle a du acquitter sous la contrainte d'une équipe de 4 adultes la somme de 34€, elle possédait un billet valable mais n'avait pas pu approcher du composteur. Je précise qu'elle n'avait jamais mis les pieds à LYON et que si, elle n'a jamais été élevée dans la malhonnêteté je vais devoir lui apprendre à se défendre...