La maison qui a toujours résisté aux promoteurs sera déplacée

le
1

Sa propriétaire avait toujours refusé de quitter sa maison, malgré les énormes immeubles qui l’ont encerclée. Sept ans après son décès, la maison va être déplacée.

Il y a quelques mois, Le Figaro Immobilier vous racontait l’histoire d’Edith Macefield et de sa maison, tous devenus des légendes dans la région de Seattle, aux États-Unis... C’est pourtant un scénario très classique de l’immobilier: un constructeur projette d’ériger une grosse structure - comme un hôtel ou un centre commercial, en l’occurrence - sur un terrain. Problème: un propriétaire a fait construire sa maison sur une partie du terrain convoité, et refuse de quitter son domicile. S’il arrive que les protagonistes parviennent à un accord financier, ça n’a pas été le cas ici. Jusqu’à son décès, en 2008, cette femme s’est battue bec et ongles, en refusant catégoriquement chaque proposition!

En 2007, lorsqu’un constructeur la contacte pour lui faire part de son projet de bâtir un immense centre commercial et un centre de fitness accolés à sa maison, elle est catégorique: elle ne bougera pas, quel que soient les alternatives. Le million de dollars que lui propose le constructeur en échange de son départ ne change rien! «Je ne bougerai pas», avait-elle déclaré au Seattle Post-Intelligencer, en ajoutant «je n’ai pas besoin d’argent. Cela ne signifie rien à mes yeux.» Elle a donc continué à vivre chez elle comme si de rien n’était, indifférente aux bruits du chantier à quelques mètres de chez elle...

Elle sera finalement déplacée

Aujourd’hui, la maison est vide et les fenêtres condamnées: depuis le décès de sa propriétaire, tous les projets autour de la maison pour lui donner une utilité ont échoué... jusqu’à ces derniers jours, où l’on a appris dans les colonnes du Seattle Post-Intelligencer qu’après plusieurs années d’incertitudes, la maison va finalement être donnée à une association caritative qui a d’ores et déjà prévu de la déplacer de son emplacement initial, où elle est entourée d’un vaste centre commercial et de bureaux. L’histoire prend donc fin, et la fin est heureuse puisque la maison a échappé à la démolition.

Pour alimenter cette légende, on dit que le film Là-haut, réalisé par Pixar en 2009, se serait inspirée de la maison d’Edith Macefield. Le film raconte l’histoire d’un propriétaire têtu qui refuse lui-aussi catégoriquement de quitter son domicile face aux pressions des promoteurs. Finalement c’est en accrochant plusieurs dizaines de ballons d’hélium sur le toit qu’il s’envole, avec sa maison. Peu de chances, dans le cas de la maison de Seattle, que le déplacement vers sa nouvelle adresse se fasse de manière aussi saugrenue! «Elle partira bien par la route», confirme Paul Thomas, chargé du transfert, au Seattle Post-Intelligencer.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • loup333 le mardi 11 aout 2015 à 08:49

    J'espère qu'elle n'avait aucun héritier car un million de dollars tout de même. Et puis au pire elle aurait pu en faire profiter énormément d'assos ou faire des dons...