La Maison France dépense de 15 à 20 % de plus qu'elle ne gagne 

le
0
Le déficit des finances publiques et le déséquilibre de nos échanges extérieurs ont la même origine, l'insuffisance du «made in France».

«Pour sensibiliser ses concitoyens, Valérie Pécresse aurait pu leur faire remarquer qu'en dépit de tous les efforts demandés, les dépenses de l'État (366 milliards d'euros) ne seront couvertes qu'à 79 % par des recettes en 2012»

Notre pudeur dût-elle en souffrir, «nous sommes scrutés», a lancé Valérie Pécresse, en présentant le projet de loi de finances 2012. On ne saurait reprocher à la ministre du Budget sa candeur tant elle dit vrai. Elle fait allusion bien sûr aux agences de notation qui pourraient nous retirer la note «triple A» synonyme de financement à conditions privilégiées. On regrettera seulement qu'il faille recourir à ce genre d'argument pour convaincre les Français d'assainir leurs finances publiques. Comme si l'opinion ne pouvait comprendre que les déficits constituent un mal en soi, à l'origine de toutes nos difficultés, et notamment le chômage.

Valérie Pécresse a raison de dramatiser la situation. Des six pays bénéficiant

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant