La maison en eau qui fait bouillotte l'hiver et se rafraîchit l'été

le
1

Un inventeur hongrois teste actuellement un prototype de maison isolée avec des panneaux de double vitrage contenant de l’eau. Le projet séduit par ses perspectives d’économies d’énergie.

Il y avait déjà des maisons en paille aux vertus isolantes, voici désormais les maisons en eau. L’idée émane d’un inventeur hongrois, Matyas Gutai, 34 ans, qui développe et fait breveter son projet depuis près de 10 ans. Et pour prouver que le principe est tout sauf farfelu, il le teste actuellement sur un petit prototype dans sa ville natale de Kecskemét, au sud de Budapest, et planche sur une extension de bâtiment public destiné à sa commune.

Le principe est simple: la plupart des murs du bâtiment sont des panneaux de verre doublés, dont les intervalles sont remplis d’eau, une sorte de double vitrage isolé à l’eau plutôt qu’à l’air. L’intérêt de la manœuvre, c’est de profiter des vertus de l’eau et surtout de sa capacité à stocker la chaleur pour la restituer lorsque l’on en a besoin comme le ferait un convecteur. Et comme les panneaux d’eau sont reliés entre eux à travers la maison, on peut faire circuler le chaud ou le froid là où l’on en a le plus besoin.

Selon son promoteur cette méthode permet de disposer à la fois d’une isolation très efficace avec des panneaux ne mesurant que 5 cm d’épaisseur et d’une source de chaleur, voire de fraîcheur lors des nuits estivales, qui permet de faire de considérables économies d’énergie. Alliés à l’utilisation de la géothermie, ses panneaux permettraient selon son site Internet de réaliser jusqu’à 40 % d’économies.

Pour l’instant, le projet a décroché un financement de 50.000 euros auprès de l’Union européenne et du gouvernement hongrois et attirerait l’attention d’architectes et de spécialistes du bâtiment à travers le monde. Même si a Hongrie est un pays réputé pour ses sources d’eaux chaudes, c’est du côté des bains thermaux japonais en plein air que Matyas Gutai a mûri son projet alors qu’il étudiait l’architecture durable à Tokyo. Cet amateur d’art martiaux compte appliquer le principe de l’aïkido au bâtiment, en profitant de la puissance déployée par l’adversaire pour mieux le dominer. En l’occurrence, laisser circuler l’eau à travers une maison et en retirer le maximum de bénéfices. Un projet à suivre.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4358281 le mardi 10 fév 2015 à 11:33

    Rien de stupide dans le principe