«La mairie veut préempter la moitié de mon immeuble»

le
3

TÉMOIGNAGE - À Paris XIe, une dizaine de co-propriétaires d’un immeuble ne comprennent pas la décision de la mairie de préempter 40% des logements de leur immeuble. Ils attendent des réponses.

Pour Benoît, l’histoire commençait pourtant bien. En juin 2013, suite à une vente à la découpe - transformation d’un immeuble bâti en pleine propriété en une copropriété - il devient propriétaire de son premier appartement, au 5, rue Faidherbe, dans un immeuble construit dans les années 90. Il paie alors environ 8000 euros le mètre carré. Quatre autres personnes se portent acquéreurs en même temps que lui. «À ce moment là, nous étions convaincu d’avoir fait une bonne affaire», explique au Figaro Immobilier Benoît Robillard, qui habite toujours dans ce même logement.

De la même manière, au début de l’année 2014, plusieurs locataires de son immeuble deviennent également propriétaires. Ce n’est qu’à la fin cette même année (en octobre), que les occupants de l’immeuble apprennent que la mairie de Paris veut exercer son droit de préemption dans l’immeuble. Fin 2014, les informations sont plus précises: la mairie envisage de préempter 40% des logements de l’immeuble (soit 20 appartements sur 47 au total) afin de faire du logement social. La totalité des appartements concernés appartiennent à Allianz et sont commercialisés par Nexity (qui est aussi syndic de la copropriété et gérant du parc locatif).

«La mairie de Paris n’a pas pris la peine de nous avertir ou de discuter avec nous avant. C’était une surprise.» Une surprise, d’autant plus que l’immeuble de la rue Faidherbe ne figure pas dans la liste des 257 adresses - soit 8021 logements - exposées au risque de préemption. «La mairie nous a écrit afin de nous confirmer qu’effectivement nous n’étions pas dans la liste... tout en confirmant également le projet de préemption.»

Entre quelques échanges de mails et deux rendez-vous - l’un avec François Vauglin, maire du XIe et l’autre avec un adjoint de Ian Brossat, lui-même adjoint au Logement à la maire de Paris - les copropriétaires ont bien du mal à obtenir les informations qu’ils recherchent. Une seule chose est sûre: «tout est entre les mains de Ian Brossat», a certifié le maire du XIe François Vauglin. Problème: les copropriétaires du 5 rue Faidherbe n’ont toujours pas réussi à rencontrer Ian Brossat. «Il a en effet répondu à un mail afin de nous confirmer le projet de préemption, mais nous n’avons aucune nouvelle depuis», explique Benoît Robillard.

Pourtant, les questions ne manquent pas. Pourquoi cet immeuble? Comment les logements préemptés ont-ils été choisis? À quel prix? Et surtout, la présence de logements sociaux ne risque-t-elle pas d’avoir un effet néfaste sur la valeur des biens acquis par les copropriétaires? À cette dernière question, la mairie de Paris a répondu dans un mail qu’il était «vraisemblable» que cette opération n’entraîne aucun impact sur la valeur des logements libres. «Vraisemblable». Un terme quelque peu hasardeux... Surtout quand on parle de biens à plusieurs centaines de milliers d’euros!

«Nous savons pertinemment que la présence de logements sociaux aura un impact négatif sur la valeur de nos biens, c’est automatique. D’ailleurs, en apprenant le projet de préemption, certains locataires ont finalement préféré acheter ailleurs, précise Benoît Robillard, avant de conclure: ce que nous aimerions, c’est un dialogue constructif avec la mairie de Paris, et au moins savoir où on va. Là, ont est dans le flou total...»

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • sibile il y a 11 mois

    fallait pas élire des socialo-communistes, maintenant c'est trop tard

  • idem12 il y a 11 mois

    allons allons je compte sur votre solidarité :)

  • jfvl il y a 11 mois

    Ils ont les élus qu'ils méritent, le fascisme n'est pas l'apanage que de l'extrême droite.