La maire du premier arrondissement de Lyon placée en garde à vue

le
2

LYON (Reuters) - La maire du premier arrondissement de Lyon a été placée jeudi en garde à vue après avoir participé mardi soir, avec des associations et des parents d'élèves, à la réquisition d'un collège désaffecté afin d'y loger des familles de sans-abri.

Nathalie Perrin-Gilbert, une élue de 42 ans qui s'est mise en congé du Parti socialiste il y a trois mois, a été entendue par les services de police dans le cadre d'une affaire de "complicité de violence sur personnes dépositaires de l'autorité publique et incitation à la rébellion".

Quelque 400 personnes étaient présentes mardi soir à cette manifestation qui s'est terminée par des heurts avec les forces de l'ordre dans le collège François Truffaut. La police a dû faire usage de gaz lacrymogènes pour évacuer les occupants de l'établissement public, propriété du Grand Lyon.

Nathalie Perrin-Gilbert avait dénoncé à cette occasion "la responsabilité du maire de Lyon et du préfet qui ne répondent pas aux demandes de réquisition pour loger les 1.000 personnes qui dorment tous les soirs à la rue".

Le sénateur-maire socialiste de Lyon avait réagi mercredi à ces incidents en dénonçant à son tour "l'irresponsabilité d'une élue qui appelle à l'occupation de locaux publics".

Le Front de Gauche, qui doit conduire en mars prochain, avec le Gram, mouvement politique monté par Nathalie Perrin-Gilbert, une liste aux municipales contre le maire sortant, s'est inquiété jeudi "du traitement réservé à une élue qui n'a fait que demander une réquisition légale au maire de Lyon et au préfet à la demande de parents et d'habitants révoltés par les expulsions sans relogement avec enfants et familles Roms ou étrangères en pleine période hivernale".

Catherine Lagrange, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bearnhar le dimanche 29 déc 2013 à 09:31

    A partir du moment où ils laissent entrer des étrangers, ils ont l'obligation légale de leur fournir des conditions de vie décente, le logement est un droit, l'état vient d'etre condamné à Lille.En Allemagne quasi zero SDF.Sinon, et bien ils disent qu'ils ne peuvent assumer Shenguen et on en sort, je préfererai plutot, parce qu'ici c'est terminé, y'a ni travail ni croissance, donc on ne peut plus accueillir personne, dignement.

  • olyve54 le jeudi 19 déc 2013 à 21:54

    pff agitation de névrosés de gauche puant.... c est leur salade apres tout....sauf que c est avec notre argent! mettez ces gens or d etat de nuire le pays