La magistrature peine à recruter

le
0
Le manque de magistrats est criant alors que la Garde des Sceaux vient d'annoncer la création de 55 nouveaux postes pour assurer la mise en ?uvre de la future réforme pénale.

Crise des vocations, insoutenable baisse du niveau des candidats, départs massifs à la retraite d'ici à la fin du quinquennat. À la veille d'une réforme pénale qui exigera toujours plus de moyens et davantage de professionnels de la justice, le recrutement des magistrats en France devient crucial. Interpellée sur ce sujet, lors de l'un de ses déplacements, Christiane Taubira, la garde des Sceaux, a brossé un tableau inquiétant de la situation: «Il y a 330 postes vacants de magistrats en France, c'est à dire budgétés et financés, mais faute de vocations nous n'arrivons pas à les pourvoir. La Chancellerie fait comme elle peut pour gérer la pénurie», s'est défendue vertement la ministre. Le dossier est d'autant plus sensible que dans les cinq années qui viennent, 1400 des 8000 magistrats act...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant