La magie de la Coupe d'Italie, enfin !

le
0
La magie de la Coupe d'Italie, enfin !
La magie de la Coupe d'Italie, enfin !

Alessandria, Spezia, Carpi... Ces trois clubs ont prouvé en quelques jours que les exploits en Coupe ne sont pas réservés qu'à la France.

En France, on adore ça. Le petit club amateur qui élimine un club de Ligue 1 en Coupe de France. Un club de CFA qui atteint la finale. Un Carquefou, un Calais, un Quevilly. Les épopées en Coupe de France sont légion, presque une habitude. En Italie, en revanche, c'est une autre affaire. Tout est fait et organisé pour que les mêmes équipes se retrouvent toujours à partir des quarts de finale. Inter, Lazio, Juventus, Roma, Napoli, Fiorentina, Milan, Sampdoria. Jamais une surprise, jamais un frisson, jamais une épopée. D'ailleurs, ce sont toujours les mêmes finales. Des Inter-Roma, des Napoli-Juventus, des Lazio-Juventus. Et toujours les mêmes vainqueurs : Napoli, Inter ou Lazio.

La Coupe d'Italie est devenue une compétition dont tout le monde se fout, même ses propres organisateurs. On case les dates n'importe quand, on fait entrer les huit plus gros clubs à partir des huitièmes de finale, et on les fait jouer à domicile, histoire de ne vraiment laisser aucune chance à l'éventuel petit club qui serait parvenu à se hisser jusqu'ici, en passant par 254 tours auparavant. Mais cette saison, enfin, les petits poucets se sont rebellés. Un vrai bol d'air frais, car ce sont des régions entières qui vont désormais soutenir ces équipes, déjà qualifiées pour les quarts de finale. Le changement, c'est maintenant, et ça fait un putain de bien.

Alessandria et Spezia, les épopées


Le premier acte a eu lieu il y a deux semaines. Palerme, actuellement dans le ventre mou de la Serie A, reçoit Alessandria, actuel leader de Lega Pro (D3). Une formalité, a priori, pour les Siciliens. Pas du tout. Alexandrie allume ses phares et éblouit les Palermitains. Un succès 3-2 à l'extérieur qui sonne déjà comme un sacré exploit. Mais cela ne s'arrête pas là. Sur leur lancée, les Grigi sont allés se payer le Genoa, toujours à l'extérieur, sur le score de 2-1. Cette fois-ci, ils ont dû passer par la prolongation, mais avec un cœur gros comme ça, ils sont parvenus à se hisser en quarts de finale. Un véritable événement, puisque la dernière fois qu'un club de D3 (anciennement Serie C1) s'était hissé en quarts de finale de la Coupe, c'était en 1983-84. C'était le Bari de Bruno Bolchi, qui s'était finalement incliné en demi-finale face au Hellas Vérone, champion d'Italie l'année suivante.








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant