"La machine à créer des emplois est de retour", assure Michel Sapin

le
58

Malgré un taux de croissance pour 2016 moins élevé qu'espéré, le ministre de l'Économie souligne que l'investissement en France a repris depuis fin 2015 et que le chômage est en train de diminuer.

Le ministre de l'Économie et des Finances Michel Sapin le 11 octobre 2016. ( AFP / JOHN THYS )
Le ministre de l'Économie et des Finances Michel Sapin le 11 octobre 2016. ( AFP / JOHN THYS )

Au vu des dernières prévisions de la Banque de France et de Bruxelles, Michel Sapin a reconnu mercredi 19 novembre que l'objectif de 1,% de croissance en 2016 serait "difficile à atteindre", tout en assurant que l'objectif de réduction du déficit serait tenu. "On sera quelque part entre 1,3 et 1,5%", a-t-il estimé, sans toutefois donner à ce stade de chiffre définitif.

"La France retrouve le sentier de la croissance", a-t-il néanmoins assuré ce jeudi matin 10 novembre le ministre de l'Économie et des Finances sur BFM Business. "Ce n'est pas exceptionnel", a-t-il reconnu. Cependant, "avec ce taux de croissance, l'investissement des entreprises a repris en France depuis fin 2015 et les créations d'emplois dans le secteur privé ont retrouvé des niveaux que nous n'avions jamais connu depuis 2007", a-t-il expliqué. "Je ne vais pas dire aux Français que le chômage recule massivement. Ce que je leur dis (...) c'est que la machine à créer des emplois est de retour et que le chômage commence à diminuer", a-t-il ensuite ajouté. Cette baisse, d'après les prévisions d'automne de Bruxelles, sera néanmoins limitée : le chômage passerait ainsi de 10% en moyenne sur 2016 à 9,9% en 2017, puis et 9,6% en 2018.

"ON NE FAIT PAS DE CADEAUX AUX ENTREPRISES"

Interrogé sur les hausses d'impôts durant le quinquennat de François Hollande, Michel Sapin explique qu'il s'agissait de parer à "l'urgence" du déficit public. Après le mandat de Nicolas Sarkozy, "on a retrouvé une France à plus de 5% de déficit. (...) Jamais la dette n'avait autant augmenté que pendant les cinq années", souligne-t-il. Le déficit public de la France devrait rester sous la barre des 3% l'an prochain, comme exigé par l'Union européenne, a confirmé mercredi Bruxelles. Le ministre reconnaît que, pour en arriver là "tous les Français ont fait un effort du point de vue de la fiscalité et des cotisations. C'est par ce biais là qu'on a réussi à désamorcer l'augmentation des déficits."

D'où les dernières baisses d'impôts et des charges des entreprises, "boussole de notre action politique dans le domaine économique", affirme-t-il. "On ne fait pas de cadeaux aux entreprises, assure-t-il, pour répondre aux critiques. On essaye, et on y arrive aujourd'hui, de faire en sorte que la situation pour les entreprises en terme de charges soit la même qu'avant la crise". Il rappelle par ailleurs que l'une des principales mesures votée dans le Budget 2017 est la baisse de l'impôt sur les société, une mesure votée sur 4 ans. "Aucun candidat n'est revenu dessus pour l'instant", affirme-t-il.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • laurus il y a 3 semaines

    Les "sapinades" entreront dans le dico en 2017 : "nom qui désigne un discours politique s'évertuant à nier la réalité des faits pour présenter une vision chimérique de la situation du pays".

  • laurus il y a 3 semaines

    Le comique troupier du gouvernement s'accroche au moindre chiffre "favorable" pour nous refaire le refrain du "savamieux", sans omettre le couplet sur le bilan de Sarko. M. Pinpin, il y a longtemps que les Français ne croient plus un traître mot de vos enfumages médiatiques.

  • robos il y a 3 semaines

    ON NE FAIT PAS DE CADEAUX AUX ENTREPRISES:en effet!! je viens de recevoir mon avis d'imposition à la CFE.....60% d'augmentation par rapport à l'année dernière, avec un chiffre d'affaire équivalent par rapport à l'année précédente. Les bases d'imposition ont été revues à la hausse, sous l'impulsion des collectivités locales."D'où les dernières baisses d'impôts et des charges des entreprises": faut-il en rire ou en pleurer?

  • pepitobo il y a 3 semaines

    ..a créer des précaires plutôt

  • indyta il y a 3 semaines

    pas tout a fait HS...

  • indyta il y a 3 semaines

    une enquete a St ouen pendant un an..un an qu ils ont enqueter...c est bien,ils vont encore continuer encore longtemps..ca les occupe.

  • indyta il y a 3 semaines

    et les dealers faire leurs petits boulots tranquillos a 20 k /jour..

  • indyta il y a 3 semaines

    les flycs pourront encore longtemps surveiller les cameras de surveillance publiques..en se faisant cramer sur place.the good life.

  • indyta il y a 3 semaines

    attention!80 %des francais sont effrayés du vote US!alors..alors? ca m etonnerait que ca bouge en france...

  • indyta il y a 3 semaines

    une seule chose avec laquelle je suis ok, cetait l urgence de reagir violemment(on a eu mal!)c etait cette baisse du deficit demandée par Bruxelle;la meilleure? on verra...