La Louve n'est plus d'attaque

le
0
La Louve n'est plus d'attaque
La Louve n'est plus d'attaque

Ce soir, la Roma, deuxième, reçoit la Juventus, leader. Mais depuis quelques semaines, la Louve coince sérieusement, au point de devoir probablement dire adieu au Scudetto plus tôt que prévu. Ce coup de pompe est surtout dû à une attaque en berne, la sixième seulement de la Serie A.

Et si la solution s'appelait Mia Hamm ? La légendaire attaquante américaine fait partie du conseil d'administration de la Roma depuis octobre dernier. Avec son curriculum de 158 buts en 275 caps, elle pourrait distiller quelques petits conseils aux attaquants de la Roma puisque ceux de Francesco Totti ne semblent plus suffire. En effet, à quelques heures d'affronter la Juventus, les Giallorossi affichent seulement 37 buts au compteur, soit la sixième attaque de la Serie A. Des chiffres qui expliquent notamment la longue série de matches nuls, surtout à domicile, cinq scores de parité consécutifs depuis la victoire 4-2 contre l'Inter fin novembre. C'est là la grosse différence avec la saison passée puisque, malgré le départ de Benatia au Bayern et la longue indisponibilité de Castan, la défense elle tient encore la route. En attestent les 18 buts encaissés, soit le 4ème meilleur score sur les 98 équipes des cinq grands championnats européens.
La Totti-dépendance pour changer
"Si on achète un Batistuta, moi je n'ai pas de problèmes pour jouer avec lui", un poil échaudé le père Totti, et il y a de quoi. En conférence de presse d'avant-match contre Feyenoord, on lui a posé une énième fois la question sur sa tendance (bonne et mauvaise à la fois) à vampiriser la man½uvre offensive de la Roma. Cette fois, c'est Destro qui en a fait les frais. Le désormais avant-centre du Milan présentait la meilleure moyenne de but par match mais pouvait difficilement coexister avec son capitaine. Les responsabilités sont partagées, Destro s'est montré un peu trop impatient même si son statut d'international italien et ses stats lui permettaient effectivement d'exiger plus de considération. Rudi Garcia, lui, a été incapable de déroger à son 4-3-3 fétiche depuis qu'il est arrivé à la Roma.

Inflexibilité oblige, il n'y a donc qu'une place pour un avant-centre, poste occupé par Totti à sa manière depuis maintenant près de dix ans et d'où il construit le jeu et empile les buts au point de devenir le second meilleur buteur de l'histoire de la Serie A. Pas de passe-droit pour "Er Pupone", sa place il la mérite encore amplement même si le rendement est de plus en plus alterne à 38 ans et demi. Franceso est serein, la Roma moins puisqu'incapable de préparer l'après-Totti, chose plutôt embarrassante en 2015. Il restait bien une solution pour éviter le sacrifice de Destro et en faire...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant