La longue marche de Rosen contre la prostitution

le
1
La longue marche de Rosen contre la prostitution
La longue marche de Rosen contre la prostitution

En virant à gauche sur cette route départementale, Benoît, un des marcheurs, l'interpelle. « Rosen, on est sur l'avenue de la Libération. C'est pas beau comme symbole ? » Sa liberté à elle, Rosen Hicher l'a reprise il y a cinq ans, après vingt-deux passés à faire commerce de son corps. A 57 ans, elle a définitivement tourné les talons à la prostitution et enfilé ses baskets pour la dénoncer. « Cette marche est un chemin arrière sur moi-même et le début d'un combat pour toutes celles qui restent esclaves du trottoir », décrypte-t-elle au cours des douze kilomètres parcourus hier matin entre Brétigny et Evry où cette mère de six enfants a été accueillie par un parterre d'élus.

Depuis le 3 septembre, Rosen Hicher arpente les routes de France. Demain, l'ancienne marathonienne, cigarette à la main et imperméable noué autour du ventre, aura marché 800 km, avec un message aussi clair que le bleu de ses yeux : « Il faut abolir la prostitution. »

«Tout est question d'argent, de domination»

A 9 heures ce samedi matin, Rosen repartira d'Evry. Dans l'Essonne, elle aura marché trois jours, à travers ses campagnes et ses villes. Et pour cause ! C'est ici que tout a commencé avec la proposition de loi contre le système prostitutionnel, très décriée par plusieurs associations, de la députée (PS) de l'Essonne et ex-maire des Ulis, Maud Olivier. « Pour moi, c'est le département du combat. Ne pas passer ici, cela n'aurait eu aucun sens », assure-t-elle, suivie par une dizaine de comarcheurs, venus de départements voisins et même d'Angleterre pour Dorothée. « C'est une marche historique, lance cette dernière. Je voulais être là pour dire non aux violences imposées par la prostitution. »

Rosen est partie de Saintes (Charente-Maritime). Elle arrivera dimanche rue du Colisée, à Paris. « C'est ici qu'à 31 ans je me suis prostituée pour la première fois, dans un bar à hôtesses. » Vingt ans plus ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M6695204 le dimanche 12 oct 2014 à 09:26

    Cela faisait longtemps que l'ont n'en parlait plus.C'est à se tordre de rire.Le pays politiquement et économiquement est mort et la seul solution c'est de re-ramener devant les médias le problème de la prostitution.Elle peut dormir tranquille personne ne pense avoir envie de la sau-ter.Elle devrait faire équipe avec Lassalle.Ce serait pittoresque.