La longue liste des dopés du Tour de France 1998 dévoilée

le
2
La longue liste des dopés du Tour de France 1998 dévoilée
La longue liste des dopés du Tour de France 1998 dévoilée

La commission d'enquête du Sénat sur l'efficacité de la lutte contre le dopage a rendu public ce mercredi son rapport après cinq mois et 83 auditions, dont une douzaine à huis clos.

Les premiers noms de coureurs qui ont eu recours au dopage sur le Tour de France en 1998 et en 1999 peuvent ainsi être connus. Trois Français font partie des coureurs incriminés. Laurent Desbiens, Maillot jaune durant deux jours en 1998, Jacky Durand, vainqueur de la 8e étape cette année-là ainsi que Laurent Jalabert, alors dans l'équipe espagnole Once qui avait abandonné le Tour à mi-parcours, ont tous eu recours à l'EPO, selon des tests rétroactifs effectués en 2004 à des fins de recherche scientifique. Les sprinteurs Erik Zabel et Mario Cippollini ont également été contrôlés positifs à l'EPO durant cette période, tout comme Marco Pantani et Jan Ullrich, deux anciens vainqueurs de la Grande Boucle. Tafi, Hamburger, Serrano, Heppner, Blijlevens, Minali, Sacchi, Mazzoleni, Olano, Beltran ou Livingstone sont aussi concernés.

Le rapport contient également énormément de cas dits «litigieux». Positifs à une première méthode mais pas à la suivante. La liste complète est en cours d'examen. Les Français Pascal Chanteur et Frédéric Moncassin y figurent, tout comme Brignoli, Turicchia ou Julich...

60 propositions pour lutter contre le dopage

Les sénateurs ont réalisé un «diagnostic précis du dopage» en France et font 60 propositions pour lutter efficacement contre le dopage. Ces 60 propositions, présentées comme «concrètes» et «pragmatiques», «n'ont qu'un rapport très lointain avec le Tour de France et le cyclisme», a pris la précaution de souligner Jean-François Humbert, le président UMP de cette commission d'enquête du Sénat.

Parmi ces propositions on peut noter «une action choc contre les salles de musculation ou de fitness qui sont souvent des plaques tournantes du dopage», un financement «d'études plus ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lopez69 le mardi 6 aout 2013 à 14:19

    Les noms des responsables, mieux!

  • lopez69 le mardi 6 aout 2013 à 14:17

    lorsque avec le recul, il sera étudié la liste des indices dopés en cette période, une commission d'enquête du Sénat sera-t-elle diligentée, connaîtrons nous le nom des responsables qui auront institutionnalisé ce dopage et seront-ils livrés à la vindicte publique?